Bienvenue à toi, visiteur(se), si tu ne fais pas encore partie de l'aventure je t'invite alors à nous rejoindre, n'hésite pas à rassembler des informations sur ta future aventure dans notre petit guide :

« A l'aube d'une nouvelle aventure »

Tu y trouveras toutes les informations nécessaire à ta survie sur Grande Line.

Si tu fais déjà partie de l'aventure, je te suggères de reprendre là où tu en étais !

A tout de suite sur les mers de Grand line !


Inspiré de One piece, notre Forum RP t'ouvres ses portes. Pirate, marine, vendeur de ramen, qui que tu sois, oseras tu t'aventurer à travers de nouveaux territoires ?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anne Zelpher

Aller en bas 
AuteurMessage
Anne Zelpher

avatar

Féminin Messages : 2
Localisation : Logue Town

MessageSujet: Anne Zelpher   Lun 6 Fév - 23:32

PAS FINI



Anne Zelpher


Physique:

Anne est une jeune femme pas comme les autres. Suite à un sommeil prolongé elle s'est réveillée dans un monde qu'elle ne reconnaissait plus. Son corps lui par contre, était resté le même, celui d'une fille de vingt-deux ans. Elle mesure 1m 76 et ne pèse que 53 kilos (dont trois de trop celons elle). Son corps est bien entraîné bien qu’elle ne semble pas vraiment musclée. Elle a donc une belle ligne sans rondeurs superflues. Maintenant concernant les rondeurs qui intéressent la population masculine (et pas seulement), elles sont bien là et proportionnées de manière à être séduisantes sans pour autant être provocantes. Mais ces éléments ne sont point les seuls à contribuer à sa beauté car cette fille a été gâtée par la nature.

Elle a de longs cheveux lisses qui lui tombent jusqu’à peu en dessous des omoplates. Sur son visage tombe diagonalement une mèche qui remonte un peu au-dessus du centre du front avant de retomber vers sa joue gauche. De l'autre côté elle a une mèche normale, presque lisse comme les cheveux qui tombent dans son dos. Sa chevelure est naturellement d'un azur pale mais pour des raisons personnelles elle teint toujours ses cheveux, de manière à ce qu'ils soient d'un rouge clair.

Sur sa tête elle a souvent un bandana orange avec des motifs blancs représentant des fleurs et une paire de goggles qu'elle porte par-dessus le tissu. Anne a un très beau visage avec de magnifiques yeux dorés (au départ ils étaient plus oranges mais ils ont virés vers le doré après son séjour aux laboratoires de Futur Co). Ce visage peut arborer plusieurs expressions: la joie, la tristesse, le sérieux, et même la colère, bien qu'il présente d'habitude un sourire bienveillant et chaleureux. La peur et bien d'autres ont aussi leur place dans le cœur de la jeune fille, seul le bonheur semble ne pas être encore tout à fait au rendez-vous... Son cou, lui, est orné d'une chaîne argentée à laquelle pend un cœur, argenté également, a la forme particulière.

Le reste de son corps est mince et élégant, ses jambes notamment, font tourner plus d'un regard. Cette fille a le don d'être splendide dans quoi que ce soit, ce qui est une chance vu qu'elle n'a pas vraiment de tenue permanente. Elle aime changer sa garde-robe et peut apparaître sous plusieurs aspects bien différents... Elle a toutefois comme tout le monde des habits préférés qu'elle porte plus que les autres.

Bien qu'elle aime changer son apparence, il y a quelques objets qui restent toujours sur sa personne. Dans cette catégorie on trouve surtout ses mitaines en cuir noir, décorées avec une tête de mort avec le symbole du gouvernement mondial dans son œil droit, le tout argenté et en relief, ainsi que plusieurs ceintures allant du noir, au blanc, au marron foncé. Ces ceintures servent à retenir les fourreaux de ses trois épées dont elle ne se sépare que rarement. Un autre objet dont elle se sépare rarement est sa montre qui est faite en métaux noir et blancs et qui a une ponctualité surprenante. Finalement, une photo, toujours la même, dépasse parfois de ses poches. C'est un mémento qu'elle chérit beaucoup et la seule preuve que, jadis, elle avait une famille.

Le dernier élément de son attirail à décrire, serait ses bottes. Noires et faites en cuir, elles sont très légères malgré le fait que les pointes et les talons ont été renforcés avec du métal (ce qui n'est pas visible). La semelle a également suivit un traitement spécial (comme celles d'un certain assassin) qui permet d'effacer le bruit de ses pas.




Caractère:


Au premier coup d'œil, Anne est une fille qui incarne la joie de vivre. Elle est souvent de bonne humeur et passe son temps à sourire. Elle fait d'ailleurs de son mieux pour faire ressortir le meilleur coté des gens qu'elle rencontre. Préférant de loin se faire des amis plutôt que des ennemis, elle reste aussi loin que possible des problèmes. Ses amis les plus proches, trouvent en elle une personne loyale et de confiance, qui est prête à tout faire pour eux.

Un autre trait important de son caractère est qu'elle est particulièrement bornée. Persistante et tenace, elle n'abandonne jamais et en aucun cas, même quand les chances de réussir quelque chose sont nulles. Cela fait d'elle une personne assez combative et pleine de vie. D'ailleurs, Anne est une personne qui aime la vie. Elle aime voyager et découvrir de nouveaux paysages, elle aime les foules, les fêtes, danser chanter, manger et boire! Par-dessus tout, Anne souhaite surtout vivre libre et heureuse! Un jour elle compte bien poser son arme et vivre une vie normale et pleine de bonheur! Mais en attendant ce jour, elle garde toujours ses objectifs en tête, aussi sombres soient-ils, et fait de son mieux pour s'investir dans les taches qui se présentent devant elle.

Sa détermination exceptionnelle et sa motivation sont ses forces motrices et lui permettent de continuer à voyager sur le dur chemin qu'elle a choisi. Anne s'est également lancée sur une course a la puissance effrénée, dans le but d'obtenir les moyens pour accomplir ses objectifs. Cette course à la puissance se traduit surtout par un entraînement quotidien et par sa manie de collectionner des armes. Anne sait manier plusieurs armes et est en quête constante d'en trouver de plus fortes. Parmi tous les types d'armes qu'elle utilise, elle maîtrise le mieux et a un amour particulier pour les épées (amour qu'un être cher lui a communiqué).

Mais tout ceci ne représente qu'une partie de sa personnalité. En réalité Anne est une personne assez triste et qui souffre beaucoup dans son cœur, même si elle n'extériorise que très rarement ces sentiments. Elle est aussi très sévère avec elle-même et ne tolère aucune erreur de sa part. Ceci est en partie dut a son entraînement autant qu'assassin. Un autre souvenir qu'elle a gardé de cette période, est la facilité avec laquelle elle peut tuer si elle considère qu'elle a une raison de le faire.

Bien que ce soit une personne intelligente, elle préfère ne pas se mêler de choses comme la justice et d'autres histoires complexes dans le genre. Ceci dis elle va le faire sans hésiter si elle voit que le besoin se fait sentir. Sinon c'est une personne qui s'adapte facilement au changement, elle prend les choses comme elles viennent et aime faire les choses a son propre rythme.


L’histoire d’Anne, une tragédie en trois parties.


Je vais vous raconter une histoire. Une histoire pas comme les autres. Je vais vous raconter mon histoire, et la vérité sur celles de mes proches. Je suis la seule à pouvoir le faire, car je suis le lien manquant, dans cette chaîne d'amour et de haine.


La sœur d’un certain horloger

(emil piano version ?)

Quand j’étais gamine, je dois avouer que j’étais très gâtée! J’avais toujours tous les jouets que je voulais, tous les livres que je voulais et je pouvais manger tout ce que je voulais! Enfin, on m’obligeait quand même à manger des choses dont je ne voulais pas comme des légumes, mais je faisais avec…
J’étais tellement heureuse dans mon enfance que je suis même allée jusqu’à croire, comme tous les gosses, que ma maman était la meilleure maman du monde et que mon papa était le meilleur papa de tout l’univers! Plus tard je me suis rendu compte que je n’aurais pas pu plus me tromper… Il y a par contre une chose à laquelle je croyais dans mon enfance et à laquelle je crois toujours: mon frère. Car mon frère, où qu’il soit à présent et quoi qu’il fasse, est le meilleur frère du monde.

Je me souviens qu’on s’entendait toujours à merveille, on ne s’est battu que très peu de fois et, ne le lui dites pas, mais je pense qu’il avait toujours raison. J’ai toujours en tête l’image du jeune frère protecteur qu’il était. Beaucoup trop sérieux pour son âge, il l’était bien plus que moi, et dix fois plus prudent! Du coup c’était toujours lui qui faisait attention, toujours lui qui trouvait la solution à nos problèmes. Moi je les causais et lui devait se démerder pour que ça n’arrive pas aux oreilles de nos parents. Il se débrouillait plutôt bien d’ailleurs! Si ce n’était pas pour lui, mes parents n’auraient pas pu croire aussi longtemps qu’ils l’ont fait qu’ils avaient la fille parfaite!

Je devais être un vrai cauchemar pour mon frère! J’étais toujours en train de faire des bêtises ou de m’attirer des ennuis. Qu’attendez-vous d’une gamine de dix ans? J’essayais à chaque fois de l’empêcher de s’en mêler mais ça ne marchait jamais, il était toujours là quand j’avais besoin de lui, comme un ange gardien. Je l’aime mon frère, et il me manque tellement! Si seulement il pouvait venir à nouveau et régler tous mes problèmes! J’ai vécu tellement de moments heureux avec lui!

Il y a notamment ce souvenir, que je chéri aux tréfonds de mon cœur: quand on était petits et qu’il me vit pleurer, il me promit de faire tout ce qu’il pouvait pour que ça ne se reproduise pas, il a dit qu’il changerait le monde entier si il le fallait! Il a dit qu’il n’aimait pas me voir triste.

Je me souviens aussi qu’il était beaucoup plus attentif que moi! Quand nos professeurs essayaient de nous apprendre quelque chose, il les écoutait toujours jusqu’au bout et il était tellement intelligent qu’il les comprenait en plus! Par pure jalousie et caprice, j’essayais de le suivre dans ses études et je passais avec lui des heures interminables où on avait le nez plongé dans des livres. Mais mes efforts étaient vains. Lui il avait une véritable passion pour l’apprentissage et moi, trop distraite, je m’en lassais rapidement, il parait que c’était par ce que j’avais hérité de la nature aventurière de mon grand-père. Quand l’écart entre nous est devenu trop grand, j’ai, à contre cœur il faut l’avouer, cessé de faire semblant de suivre mon frère dans son intérêt pour les sciences et la mécanique. À la place je me suis intéressée à la cuisine qui était un domaine qui m’avait toujours attirée. Certes, c’était pour voler des bonbons ou autres gourmandises mais bon! Disons qu’après quelques malencontreux incendies, j’ai commencé à m’y sentir à l’aise. A l’âge de 14 ans mes plats avaient reçus une promotion et n’étaient plus ‘’comestibles’’ mais ‘’bons’’. J’ai laissé donc mon frère s’occuper de la mécanique qu’il aimait tant et je me suis dédiée à ma propre passion.

Avec mon frère, on vivait dans notre monde, on avait à ne s’inquiéter de rien. On était les enfants d’une famille noble des plus importantes de notre île, Aquelia. Par conséquent, on était riche et contrairement à beaucoup de monde, si on faisait des études ou qu’on s’essayait au travail, ce n’était pas par ce qu’on en avait besoin mais plutôt par ce que nous en avions envie. Notre vie était aisée, on n’avait à se soucier que de notre divertissement. D’ailleurs, aux alentours de 15 ans, mon frère et moi avons tenté quelques premiers pas de danse. On admirait depuis qu’on était petits la grande salle de bal dans la villa, du coup on a voulu l’essayer dès que possible. Mon frère aimait danser avec moi et j’étais plus qu’heureuse de lui offrir ce plaisir vu que la danse me plaisait également. On apprit le tango, la valse et bien d’autres, mais on a rapidement limité nos sessions à la valse qui était notre danse préférée. La salle spacieuse au sol de marbre, décorée avec des motifs en or et avec le plafond peint par des artistes venus de Van Picasso Island était idéale pour la valse.

Les soirées qu’on a passé à danser seuls dans cette salle avec mon frère font également partie de mes souvenirs les plus précieux. J’étais heureuse.

C’est également dans cette salle, que j’ai vu mon frère, Aeon Zelpher, pour la dernière fois.
Seulement, cette fois, la salle ne brillait pas de mille feux mais brulait bel et bien…
Mais avant d’en venir là je dois d’abord vous raconter ce que j’ai vécu avec une autre personne qui m’est très chère.



Aeon Zelpher


L’amour d’un certain assassin

Comme je vous l’ai dit, les Zelpher étaient une des familles de la noblesse les plus importantes à Aquelia. On n’était pas seulement riches, mais aussi influents. La reine prenait souvent en compte les conseils de mon grand-père avant de prendre une décision importante concernant une quelconque proposition de loi ou autre. En effet, notre grand-père était un homme très sage et il aidait la reine à gouverner de façon juste. Moi et mon frère n’étions pas complétement au courant, mais en se doutait bien que cela allait éventuellement nous attirer des ennuis. C’est bien ce qu’il se passa. Les autres familles qui n’aimaient pas vraiment les conseils que donnait mon grand-père à la reine, commencèrent à nous haïr de plus en plus. La noblesse voulait garder ses privilèges, ils voulaient rester ‘’supérieurs’’. Notre grand-père luttait contre tout ça. Un jour, je crois j’avais 16 ans à l’époque, l’une de ces familles décida qu’il était devenu trop gênant. Cette famille engagea un assassin et lui donna l’ordre d’éliminer notre honorable grand-père.

Une nuit d’été, alors que je dansais avec mon frère dans la grande salle comme à notre habitude, le dit assassin vint nous rejoindre. La porte s’ouvrit légèrement et un homme vêtu de noir rentra dans la salle. Il avait de longs cheveux argentés et une immense épée, couverte de sang. Aeon réagit au quart de tour, il courra vers l’un des murs de la pièce et prit une des lames qui les décoraient. Ensuite il revint devant moi et prit une position défensive pendant que l’individu en noir marchait vers nous d’un pas de plus en plus rapide. Il avait l’air confiant, il semblait même se faire chier.

‘’ Encore des témoins… Vous allez devoir y passer aussi ! ‘’

Aeon : ‘’ Pas aussi vite ! ’’

Moi, j’étais restée plantée derrière Aeon, comme d’habitude. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Le gramophone qu’on avait posé prêt de nous pour avoir de la musique, continuait son chant mélodieux. La musique était la même, mais mon frère s’apprêtait à danser une danse bien différente des nôtres.

Aeon n’était pas vraiment un guerrier, il avait pris quelques cours d’escrime pour l’étiquette et par ce que ça l’intéressait un peu. Il s’était aussi occasionnellement entrainé avec notre grand-père mais sans plus… Ce n’était pas la première fois qu’il se mesurait à plus gros que lui pour me protéger. Cette fois aussi, il le fit sans hésiter… Cette fois, comme toujours, je suis restée en retrait à regarder.

Je regardais pendant que mon frère livrait une bataille qu’il ne pouvait gagner. L’assassin le surclassait dans tous les domaines. Il était plus fort, plus rapide et visiblement beaucoup mieux entrainé. En plus son arme avait une portée insensée qui donnait beaucoup de mal à mon frère. Aeon gardait un maximum de distance entre lui et son adversaire. Il était tellement loin qu’il n’avait aucune chance de le touché, l’autre par contre pouvait le faire à tout moment. Il y avait des échanges et Aeon battait toujours en retraite, utilisant l’espace de cette vaste salle à son avantage.

On aurait vraiment pu les confondre avec des danseurs… Après quelques instants, j’ai récupéré mes esprits. Je me suis dirigée vers la deuxième porte de la salle mais celle-ci s’ouvrit avant que je ne l’atteigne. Mon grand-père qui passait de temps en temps nous voir danser, était venu.

Lui, il savait se battre, et il portait toujours son épée sur lui. Il n’hésita pas non plus. Tout en courant épée en main vers les deux combattants, il me dit d’aller chercher la garde. C’est ce que je fis. Après avoir quitté la pièce je me suis ruée dans les couloirs en criant à l’aide. Arrivée à la salle des gardes, je vis une scène terrible. Ils avaient tous étés tués, il y avait du sang partout. Horrifiée je fis demi-tour pour aller chercher de l’aide ailleurs, mais surtout, pour ne plus voir.

Dans ma course effrénée je suis tombée (littéralement cette fois ci) de nouveau sur mon grand-père. Il me dit que c’était fini. Je me souviens qu’à ce moment je me suis mise à pleurer et qu’il me consola. Je lui ai raconté tant bien que mal ce qui était arrivé aux gardes. Son visage s’assombrit. Après quelques instants de réflexion, il me pria de le suivre dans la grande salle, où Aeon gardait l’assassin neutralisé.

A notre arrivé, je me suis rendu compte que je n’avais toujours pas réalisé complétement ce qui venait de se passer. L’assassin était attaché à l’aide de cordes et plaqué au sol par mon frère qui comme son captif, avait subi plusieurs blessures. Je ne l’avais pas remarqué jusque-là, mais ce fameux assassin était lui aussi assez jeune. On devait avoir à peu près le même âge. Mon grand-père qui lui n’avait quasiment aucune blessure, prit la relève et m’envoya avec Aeon réveiller des servants pour qu’ils soignent mon frère et s’occupent du bordel dans la salle des gardes.

Une fois seul avec l’assassin, il commença son interrogatoire. Je me souviens plus très bien du reste de cette soirée. A l’époque je n’étais pas habituée à ce genre d’émotions fortes. Par contre, je me souviens très bien de ce qui s’est passé le lendemain. Après tout c’était le tournant le plus important de ma vie…

Quand mon grand-père eut vent de mon réveil, il vint me rejoindre dans ma chambre avant même que je n’ai la chance de sortir de mon pyjama. Il était sérieux et son ton était grave. Il s’assit prêt de moi sur mon lit et me prit la main avant de me regarder dans les yeux et de m’annoncer certaines décisions qu’il avait pris après son entretien avec l’assassin. Au premier passage, tout ce que j’ai compris, c’était : blablabla ablabla blablablabla tu t’engageras autant que guerrière blabla. Je ne comprenais rien, j’ai pété un câble. Mon grand-père a dut s’y prendre à plusieurs reprises avant que j’arrête de gueuler et veuille bien l’écouter. Depuis que je l’avais quitté hier soir, il s’était longuement entretenu avec l’assassin. Il avait appris que celui-ci venait d’une organisation qui siégeait sur une ile du nom de Xavia. Mon grand-père m’a dit qu’il les connaissait, qu’il s’agissait d’assassins redoutables et qu’on ne pouvait pas espérer les vaincre par des moyens conventionnels. Tout ceci me dépassait de beaucoup, mais j’essayais quand même de le suivre pour comprendre le rapport entre tout ça et le fait que je devrais prendre les armes. Grand-père m’expliqua qu’une famille adverse, avait demandé à Xavia de l’éliminer. Hier on avait réussi à arrêter l’assassin. Mais cela n’allait pas être suffisant… Vu que celui-ci n’avait pas terminé sa mission, d’autres allaient suivre et celons mon grand-père, ceux-ci marqueraient notre fin à nous tous. Cependant, l’assassin capturé lui avait révélé un moyen d’échapper à cette sombre destiné. Un moyen qui lui permettait à lui d’avoir la vie sauve et à nous d’éviter de futures embrouilles avec ses semblables. Il fallait qu’un membre de notre famille, rejoigne les rangs de Xavia autant qu’assassin, et tue tous ceux qui avaient connaissance de la requête faite par l’autre famille auprès des assassins. Grand-père m’avait choisie. C’était un mélange de lois d’assassins et de politiques que je ne comprenais pas. J’ai crié, j’ai pleuré, j’ai refusé! Je me suis débattue face à ce destin horrible. Mais le pire, et c’est quelque chose que je ne me pardonnerais jamais : je lui ai demandé de prendre Aeon à ma place. C’était un garçon! Il pouvait déjà se battre, il aimait ça presque! Mon grand-père me dit qu’Aeon était destiné pour d’autres choses. Ceci doubla ma rage. Je ne comprenais plus rien. Les événements m’avaient de beaucoup dépassée…

Mon grand-père m’aimait, il n’y avait nul doute là-dessus. Il ne voulait pas que je les quitte. Donc pourquoi faisait-il ça ? Et qu’est ce qui pouvait être plus important que ça, pour qu’Aeon soit requis ailleurs ? Je n’ai pas eu l’occasion de lui demander. J’ai passé la journée enfermée dans ma chambre. Ils avaient fermé la porte à clé. Mais à vrai dire je n’ai jamais essayé de l’ouvrir.

Le soir même, mon grand-père m’emmena au manoir de la famille qui avait demandé sa mort. Le bâtiment était comme le nôtre, un peu à l’écart de la ville. La première chose que j’ai remarqué c’était qu’il n’y avait pas de gardes aux portes, pas de personnel dans les couloirs… Personne. Un déclic se produisit dans ma tête. Tout ceci me rappelait trop la veille. J’ai tenté de m’enfuir mais mon grand-père me serrait fortement la main et me tirait vers l’avant. Dans la pénombre des couloirs, j’entrevis son visage grimaçant et couvert de larmes, et j’entendis sa voix brisée. Je ne l’avais jamais vu comme ça et le voir ainsi ne fit que doubler mes craintes et la piètre résistance que je tentais de lui offrir.

‘’ Ma petite fille… Ma toute précieuse… On avait voulu t’éviter çà… Mais tu sais… Pour cette vie… Il y a des sacrifices qui doivent être faits! ‘’

Ce que je craignais arriva. Au bout du couloir se trouvait une chambre à peine éclairée par une bougie et dans laquelle se trouvaient la totalité des propriétaires ainsi qu’un bon nombre de servants. Ils étaient tous ligotés et bâillonnés. Vulnérables. L’assassin d’hier était également là. Il s’approcha de moi et me tendit une dague argentée que je n’ai pas prise. Voyant mon manque de motivation il la posa sur une table près de nous et alla rejoindre mon grand-père qui était dos à la porte de manière à me barrer le chemin. Contrairement à il y avait quelques instants, son visage s’était durci. A l’époque je ne le savais pas encore mais, lui il avait déjà vécu tout çà. Il savait ce qu’il fallait faire pour effacer le passé et marcher vers de nouveaux horizons. J’ai passé plusieurs minutes en position fœtale dans un coin de la pièce. Je pensais à tout ce qui m’était arrivé depuis hier. Comment on en avait pu arriver là. A quel point ma vie avait changée. A quel point elle était sur le point de changer… Et surtout je pensais à ce que je devais faire. Tuer tous ces gens ? Impossible! M’enfuir? Impossible! Prendre la lame et attaquer grand-père et l’assassin? Impensable… Il ne restait plus que… Me suicider…
Je me suis levée puis me suis dirigée vers la table où était posée la dague. Après l’avoir prise à deux mains, je l’ai retournée vers moi… vers mon cou. Je vis que mon grand-père fit une expression douloureuse et qu’il ferma les yeux. L’assassin, lui, était resté impassible. Sans doute il s’en foutait de ce qu’il allait m’arriver. Malheureusement, ce n’était pas mon cas… J’ai tenté de rassembler mon courage mais en vain. J’avais trop peur. Je ne pouvais pas m’ôter la vie. J’ai recommencé à penser dans le but de trouver une solution mais mon esprit était à présent trop brouillé. Je n’arrivais plus à penser à rien. J’étais fatiguée, j’étais choquée et j’avais beaucoup pleuré. J’étais véritablement brisée.
Je me suis levée de nouveau et, dague en main, me suis dirigée vers mes victimes qui me regardaient horrifiées. Mécaniquement et avec des cris de douleur et d’horreur venants de ma part, je leur ai coupé la gorge jusqu’au dernier, après quoi je me suis évanouie au milieu d’un tas de cadavres ensanglantés.

Je ne sais pas pourquoi mais je n’arrive pas à oublier leur visages. Ils ont étés gravés dans ma mémoire.

Plusieurs heures plus tard je me suis réveillée dans une salle qui baignait dans l’obscurité la plus totale. Je me suis vite rendu compte que j’étais gênée dans mes mouvements. Je perdais un peu l’équilibre. De plus, en tâtonnant dans le noir je me suis rendu compte que mes bras et jambes étaient attachés avec des cordes. J’étais toujours choquée et j’avais peur. J’ai failli crier mais me suis retenue à la dernière seconde. Ça n’allait rien m’apporter, à part peut-être des ennuis. Je me suis donc posée par terre avant de me mettre à pleurer silencieusement. Au bout d’un moment, je ne sais pas combien de temps j’ai passé là-bas à pleurer, une trappe s’ouvrit au plafond et laissa pénétrer une bonne dose de lumière. La lumière qui provenait des lampes de l’étage supérieur, éclaircit mes alentours ainsi que ma situation. Je me trouvais dans la cale d’un navire. Un homme descendait l’échelle qui menait à la trappe et allait bientôt me rejoindre. Je ne l’ai pas reconnu immédiatement mais il s’agissait de l’assassin qui avait bouleversé ma vie. Je l’ai regardé avec peur et méchanceté. Je lui en voulais.

‘’ Voila… çà c’est le bon regard. Pas comme tout à l’heure. Tu devras t’y faire tu sais… Ce n’est que le début. La suite sera bien plus dure ! Je te conseil de garder ce regard. ‘’

Je ne lui ai pas répondu. J’avais surtout envie de lui gueulé dessus et je n’étais pas vraiment en position de le faire. Il s’approcha de moi et déposa un plateau avec de la nourriture et de l’eau prêt de moi. Il saisit la lampe d’huile qu’il avait attachée à sa ceinture et la leva vers mon visage.

‘’ C’est vraiment dommage par contre… Qu’on vienne gâcher un si beau visage avec un tel regard… Je ne comprends pas pourquoi ce type t’a choisie pour cet enfer… ça n’a aucun sens ! ‘’

Quand mes yeux se sont habitués à la lumière de la lampe j’ai pu enfin voir son visage de prêt. Il était lui-même assez beau et avait d’étranges yeux verts qui fascinaient, tout en faisant peur. J’ai trouvé sa remarque déplacée et de mauvais gout, mais il y avait quelque chose à propos de son visage paisible qui me poussa à rester calme. Je lui ai donc répondu avec ironie tout en essayant de reprendre un peu de poil de la bête.

Anne : ‘’ Et bien tu n’es pas le seul ! Je t’assure ! ‘’

‘’ Mais bon… A vrai dire ça n’a plus beaucoup d’importance. Je vais respecter les vœux du vieux et j’espère que tu vas en faire de même.‘’

Anne : ‘’ Je n’ai pas vraiment le choix ! ‘’

‘’ En effet. … Écoute, je sais que tu vas sans doutes pas apprécier ce que je vais te dire mais… Il faut croire que tu es chanceuse. Que vous l’êtes tous. Moi aussi d’ailleurs ! ‘’

J’eus un petit rire étouffé. Je lui ai montré les liens autours de mes mains.

Anne : ‘’ Tu as raison ! Je ne vois vraiment pas la chance dans tout ça ! ‘’

‘’ Je vais t’expliquer. Tu mérites au moins ça… ‘’

Anne : ‘’ Trop aimable ! ‘’

‘’ Tu es chanceuse car si ton grand-père n’était pas aussi fort, toi et l’autre type albino seriez morts maintenant. J’ai la fierté d’être assez efficace dans mon travail. Certes je suis encore sous entrainement mais il ne m’est jamais arrivé jusqu’à maintenant de… rater… une mission. Mais ce vieux… Il est vraiment exceptionnel ! Je n’ai jamais vu ça ! Même si je ne me battais pas avec l’autre type en blanc en même temps je ne sais pas si j’aurais pu l’abattre. Il faudra que je fasse plus attention dans le futur… ‘’

Anne : ‘’ Oui, ça serait dommage que tu crève à la place de ta cible ! Sinon tu peux m’expliquer pourquoi t’es pas mort et pourquoi je me suis retrouvée ici ? ‘’

‘’ Charmante… J’y arrive justement… Après avoir perdu face au vieux mon destin semblait scellé. J’ai donc proposé un contrat à ton grand-père pour échapper à la mort. Ça tu devrais connaitre ! ‘’

Il tapait là où ça faisait mal. Depuis maintenant quelques heures, je faisais aussi partie de ces gens qui ont fait quelque chose d’horrible pour échapper à la mort.

‘’ Bref. Le reste est simple. Même les assassins ont des lois et des codes. Une des lois de ma famille offrait la possibilité à ton grand-père d’évité que ta famille soit constamment persécutée. Je t’expliquerais un autre jour les détails si tu veux les connaitre, mais, en gros, tu es ce que Xavia obtient en échange de laisser vivre ta famille. ‘’

‘’ Un otage ? ‘’

‘’ Oui, quelque chose de la sorte. Mais mieux encore ! Tu va intégrer les rangs de Xavia. Tu seras entrainée à tuer, et tu tueras pour nous. Pour tout dire tu deviendras une des notre. ‘’

‘’ Jamais… Jamais je ne ferais çà! ‘’

‘’ Comme tu l’as dit plus tôt, tu n’as plus le choix. T’as vie n’est plus entre tes mains. Ne t’inquiètes pas, tu verras, tuer deviens plus facile après un moment. ‘’

‘’ … ‘’

C’était en partie ce dont j’avais peur.

Après d’innombrables heures passées dans la cale, je vis finalement la lumière du soleil quand on a débarqué sur les côtes de Xavia. J’ai pu sentir le sable chaud de la plage sous mes pieds. La douceur de l’air frais sur mes joues. Et la réalité. Un destin cruel et inévitable.
Au loin, un village pouvait être aperçu à la lisière d’une forêt de bambou. Notre première escale. LE premier pas ver mon nouveau futur. J'avais eu beaucoup de temps dans la cale pour penser et j’avais pris quelques résolutions. J’hésitais encore pour beaucoup de choses mais j’avais décidé que je resterais en vie peu importe le coute. J’allais rester en vie et j’allais retourner à Aquelia. Retourner et y obtenir de vraies réponses ! La vérité !

Des jours passèrent, puis des mois. J’ai fait la connaissance de pas mal de monde sur l’ile. Une grosse majorité d’eux étaient des assassins haïssables cela va sans dire… Mais même parmi eux il y avait des gens plutôt sympathique. Des vieux et des jeunes, des hommes comme des femmes. J’ai même trouvé d’autres personnes qui ont terminé sur cette ile de la même manière loufoque que moi.
Et puis on m’a forcé à m’entrainer. Et comme si ce n’était pas assez, il a fallu que mon ‘’professeur’’ soit le même type qui m’avait foutu dans toute cette galère. Apparemment s’occuper de mon cas était sa punition pour avoir raté l’assassinat de mon grand-père.
Je ne lui avais pas pardonné ce qu’il m’avait fait et je n’étais pas prête de le faire.

Le temps passait.


‘’ Non, non, non! Tu la tiens de travers! ’’
'’ Putain c’est lourd! ’’

‘’Essaye avec ça. ‘’

‘’Oui c’est mieux là. ‘’
‘’Eh bein… on a du travail devant nous!’’


‘’ Pourquoi pas avec des armes à feux? ‘’
‘’ Elles font trop de bruit. ‘’

‘’ Ce n’est pas comme si t’étais particulièrement discret! ‘’

‘’La ferme!’’


‘’ Ah c’est elle la nouvelle ? Qu’es ce qu’elle vaut? ‘’
‘’Absolument rien. ‘’

‘’Excusez-moi de pas être une putain de ninja!’’



‘’ Et là c’est mieux? ‘’
‘’ Pour une novice ce n’est pas trop mal. ‘’

‘’ Jamais content…’’

‘’Non, jamais. ‘’


‘’ Vous en avez pas marre de vous chamailler à longueur de journée? ‘’
‘’ Il est insupportable! ’’

‘’ Une vraie furie! ‘’

‘’ Bon... Au moins elle fait des bonnes nouilles! ‘’
‘’ Fallait bien qu’elle ait au moins un talent! ‘’

‘’ Privé de dessert! ‘’

‘’ tch… ‘’


‘’ Oyyy, Skeith! Faudrait que tu viennes en mission un de ces quatre… On ne t’as pas vu depuis un bon moment! ‘’
‘’ Pas faux ! Mais je ne peux toujours pas là. Elle fait des progrès là, je pense on va passer au niveau supérieur. ‘’

‘’ Bon… ok. Essaye de ne pas devenir trop mou! ‘’



‘’ J’ai vu ton frère aujourd’hui ! Ce type est incroyable ! Je lui ai donné ta lettre et je t’apporte sa réponse. Il viendra sans doute s’entrainer avec nous un jour. ‘’
‘’ Cool ! Je suis sure que je peux le battre maintenant ! ‘’


‘’ Faudrait vraiment que tu viennes ! On a eu pas mal de problèmes dernièrement… ça ne se passe plus aussi bien. ‘’
‘’ Toujours occupé ailleurs. ‘’

‘’ Pff… Décolle un peu ! Quelqu’un d’autre peut se charger de son entrainement! ‘’

‘’ Pas touche ! Je veux voir ça jusqu’au bout! ‘’


‘’ YES ! Réussi ! Ça marche mieux maintenant! ‘’
‘’ Oui, tu t’es beaucoup améliorée. Félicitations! ‘’

‘’ Bon, faut croire quand même que j’ai un bon maitre! ‘’

‘’ Tu pense? ’’
‘’Oui oui! … Allé! On va manger?’’



Et un jour :


‘’Tu es prête ? ‘’
‘’Oui mon cœur! ’’

‘’ Bien on y va!… Je t’aime ! ‘’




Skeith Alathor


Sans le réaliser je suis devenu des leurs. Sans le réaliser je suis tombée amoureuse de mon gardien. Sans le savoir j’ai commencé à aimer ce style de vie, cette liberté! Et puis j’ai même considéré les gens de cette ile comme des amis, certains comme de la famille même! Mais je gardais toujours en tête ma vraie famille. Mon frère avait réussi à obtenir l’autorisation de venir me voir de temps en temps et c’est ce qu’il faisait. Il venait toujours avec cette ponctualité qui lui est si particulière. Il me donnait des nouvelles de nos parents et de grand-père, mais pas de réponses. Lui non plus ne savait pas exactement le pourquoi du comment de ma situation. Il cherchait à savoir, demandait à grand-père mais sans succès. Comme prévu, j’allais devoir le confronter moi-même. Je pensais le faire dès que je regagnerais un semblant de liberté. Pourtant j’étais libre, depuis un bon moment déjà, mais je ne m’étais pas rendu compte.

Xavia m’envoyait dans des missions aux quatre coins du monde et je les exécutais. Je pense que je peux dire que j’ai vraiment fini par m’y faire au meurtre et à part ce détail qui consistait mon travail, je me plaisais dans ma nouvelle vie. Je devenais de plus en plus forte. C’était une sensation phénoménale! Un sentiment d’indépendance et de liberté! J’étais même devenue l’égale de mon frère en combat! Maintenant il n’allait plus avoir à me protéger! Du moins c’est ce que je pensais…

Un jour, lors de l’une de ses visites, Aeon m’annonça qu’il allait rejoindre la Marine. Cela m’inquiéta beaucoup et pour plusieurs raisons. Il m’a aussi dis que encore une fois c’était le vœu de grand-père mais qu’il était d’accord.

A peine quatre jours plus tard, je suis finalement rentrée à Aquelia, accompagnée de Skeith et d’Aeon. Le moment était venu pour moi de confronter mon grand-père et d’obtenir mes réponses !
Les révélations qui m’ont étés faites ce jour, étaient au delà de tout ce que j’aurais pu imaginer.
Mais chaque chose en son temps. D’abord dès notre arrivé à la villa, nous avons étés accueillis par mère. Elle recevait régulièrement de mes nouvelles à travers Aeon mais nos retrouvailles eurent quand même l’émotion qu’il se doit. Après quelques cris et larmes de joie des deux cotés, mère prit un air grave avant de s’adresser à Aeon. Elle lui dit que grand-père l’attendait en ville et qu’il devait le rejoindre immédiatement. Moi et Skeith allions le suivre mais ma mère nous reteint. Elle me prit à l’écart et me dit quelque chose qui me paru insensé.

‘’ Je suis désolée de te dire quelque chose comme ça alors qu’on vient juste de se retrouvées mais… Écoute, Michel, ton père… Il a disparu aujourd’hui… Moi et ton grand-père pensons savoir qui est derrière cette disparition. Et si c’est bien la personne à laquelle nous pensons, alors tu dois savoir les choses que je vais te dire… Oh mon dieu, j’hésite tellement… Mais il faut que tu sache que… Michel et moi… Nous ne sommes pas tes vrais parents. ‘’

Je vous laisse deviner l’effet qu’eut cette annonce sur moi. Ma mère tenta tant bien que mal de me calmer et continua.

‘’ Ce serait plus simple si je pouvais te raconter toute l’histoire mais malheureusement on en a pas le temps. Ton grand-père et moi on pense que… Non. On est surs que Michel a été kidnappé par ton vrai père. Écoutes moi bien ! Ton vrai père est un homme du nom d’Ansem Xehanort. C’est un scientifique originaire de Cocoon, l’île voyageuse. Cet homme est un criminel. Tout ce temps nous t’avons caché la vérité pour te protéger de lui. Mais aujourd’hui, ça sera probablement ta dernière chance de lui parler. Et ni moi, ni ton grand-père n’avons le droit de t’en empêcher… ‘’

‘’ Je ne comprends pas… ‘’

‘’ Il faut que tu apprennes toute la vérité pour comprendre mais on n’a pas le temps! Ton père… ton vrai père, Ansem a refait surface à Aquelia ce matin. Nous pensons qu’il a kidnappé Michel pour lui soustraire des informations sur toi. Nous t’avons cachée de lui toute ta vie… et il te cherchait. Le problème c’est qu’il y a à peine deux heures, Ansem s’est fait arrêté en ville par les forces de la marine! Il doit être sur leur navire amarré au port maintenant! Si tu veux parler à ton père, si tu veux sauver Michel, si tu veux comprendre tout le mystère entourant tes origines… Tu dois parler à Ansem avant que la marine ou quelqu’un d’autre ne le fasse taire à jamais! ‘’

A ce moment, Skeith qui écoutait discrètement à distance, s’approcha de nous et prit la parole.

‘’ Excusez moi… Vous parliez bien d’Ansem Xehanort ? ‘’

‘’ Oui, pourquoi? Ne me dites pas que… ‘’

‘’Le nom me dis quelque chose… Attendez une seconde ! ‘’

Skeith sortit un mini den den mushi de sa poche et décrocha. A l’autre bout de la ligne, la voix de Nemessis lui répondit. Suite à un échange de quelques secondes, Skeith raccrocha avant de s’adresser de nouveau à moi et à ma mère.

‘’ C’était bien ce que je pensais… Ce quelqu’un d’autre d’on vous avez parlé… C’est nous. C’est Xavia.

Ansem est considéré comme un traitre à Cocoon et ils ont fait un contrat avec nous demandant sa mort. Nemessis a été chargé d’exécuter cette mission si jamais on retrouvait les traces de la cible… ce qui a été fait ce matin. Je viens de l’appeler et il est déjà sur place. Il va s’infiltrer dans le bateau Marine à tout moment! Vu que l’assassinat a été demandé presque par toute une île on ne peut pas ‘’l’annuler’’ comme on a fait pour Anne. Nemessis est obligé d’exécuter sa mission… Mon cœur, je ne sais pas quel choix tu va faire mais… si tu veux ne serais ce que voir Ansem, il faut qu’on se magne de rejoindre Nemessis avant qu’il ne le ne tue! ‘’


J’étais confuse au plus haut point. Tout ceci était trop soudain. Trop choquant. Ca rappelait presque… oui… ça rappelait ces deux soirs… la salle des gardes morcelés… les visages déformés que j’ai laissé derrière moi dans l’autre maison…

Un mal de tête intense s’empara de moi et mes membres se vidaient de leurs forces. Pour la première fois depuis longtemps, je faisais une crise de panique, d’angoisse et de je ne sais quoi d’autre! Me voyant pétrifiée et entrain de perdre tout mes moyens, Skeith me leva soudainement et me pris dans ses bras avant de tracer jusqu’au port, laissant toute seule ma mère à la villa.

Pendant le trajet j’ai réussit à me calmer et Skeith me posa à terre qu’on on n’était plus qu’à quelques mètres du bateau Marine où Nemessis lui avait dit par den den mushi que l’exécution d’Ansem aurait lieu. Le Brunehilde. Une réunion sur l’avant du pont avait attiré l’attention de tout le personnel. La passerelle qui allait du navire au quai avait été laissée telle quelle ce qui nous à permis de monter très rapidement à bord. Confiants de nos capacités en combat, Skeith et moi avions chargé directement dans le tas de marines réunis. On pensait que l’effet de surprise allait nous donner un avantage mais ce ne fut pas le cas. A peine nous sommes arrivés sur le pont, un homme qui se tenait aux cotés de ce qui semblait être le capitaine du navire, nous bloqua le chemin sabre en main. J’ai voulu me débarrasser de lui pour offrir à Skeith l’occasion d’avancer vers le mat du navire, auquel était attaché Nemessis ainsi que deux autres personnes, l’une desquelles devait être Ansem. Malheureusement mon opposant s’avérât beaucoup plus coriace que prévu. Il réussit à bloquer tous mes coups mais, chose étrange, il ne m’en porta aucun. Pendant un bref instant lors de nos échanges, j’ai pu remarquer ses yeux. Ils étaient d’un rouge sang effroyable et leurs pupilles avaient une forme complètement irréelle!

Pendant ce temps Skeith réussit quand même à se frayer un chemin vers les prisonniers en tailladant les mousses qui se dressaient devant lui. Arrivé au mat, il coupa les cordes d’un coup sec, délivrant les captifs. Cependant il n’a pas été assez rapide pour esquiver le coup de poing que lui destinait le capitaine du navire qui l’avait rejoint. A ma grande surprise, Skeith traversa l’air devant moi et finit par atterrir violemment à l’intérieur même du navire Marine, en traversant plusieurs parois au passage. Le capitaine du navire avait une force tout simplement monstrueuse. On ne l’aurais jamais cru en le voyant. Il avait l’air d’un marine parfaitement normal si ce n’était pas pour ses cheveux argentés et ses yeux perçants qui donnaient des frissons.

La situation n’était pas la meilleure pour nous mais au moins on avait obtenu des renforts!
Nemessis, l’homme qui devait être Ansem et la femme qu’on avait délivrée en même temps qu’eux, avaient récupéré les armes de quelques marines abattus par Skeith et tenait maintenant à mes cotés une bonne résistance face aux marines. La bataille était intense. J’étais toujours occupée avec l’espèce de lieutenant bizarre qui avait bloqué mon chemin, Nemessis et la femme s’occupaient de la majorité des soldats qui semblaient d’un niveau médiocre et Ansem… lui s’occupait de leur chef.



Ansem Xehanort

‘’ Résister est futile! Vous auriez dut rester tranquilles! Votre sort n’était pas encore décidé! ‘’

‘’ Désolé mais je préfère décider moi-même de mon sort! Et je pense que je n’ai rien à gagner avec quelqu’un qui ne comprend rien comme toi! ‘’

‘’ Je n’ai pas d’objections à vous apporter la mort, puisque vous insistez autant! ‘’

‘’ Ne me fait pas rire! Toi? Me tuer? Tu n’es qu’un outil! ‘’

‘’ Un outil qui changera le monde! ‘’

Nemessis : ‘’ On y arrivera jamais! Ils sont beaucoup trop! ‘’

‘’ Tenez bon! ‘’



Georges Zelpher

Un nouveau personnage venait de rentrer en scène : mon grand-père. Je n’avais aucune idée comment ou pourquoi il avait atterri là mais il était bien présent! De plus, à ma plus grande confusion, Ansem le reconnu directement et lui lança quelques phrases tout en se battant avec le Marine.

Ansem : ‘’ Georges ? Tu es vivant!!! Oui! Tout est plus clair maintenant! Elle est ici! ‘’

Georges : ‘’ Je suis venu faire ce que j’aurais dut faire à Cocoon! ‘’

Ayanami : ‘’ Encore des assassins? Sper! Occupes toi du scientifique! ‘’

Toute cette scène m’avait quelque peu absorbée. C’est avec un violent coup de pied dans l’estomac que mon adversaire me ramena dans la réalité tout en m’envoyant valser un peu plus loin.

Mon marine aux yeux bizarres se battait maintenant avec Ansem et l’officier avec mon grand-père. Skeith à finit par réapparaitre à ce moment mais il apportait avec lui d’avantage de marines des tréfonds du navire. La situation commençait à m’échapper grave. Entourée de troufions, je me suis levée du sol en un bon et j’ai continué à me battre tout en essayant de comprendre ce qui se passait et de me rapprocher de mes alliés.

Petit à petit il m’est devenu clair que mon grand-père était venu tuer Ansem. En théorie, Nemessis, Skeith et moi étions là pour la même raison. Les marines eux aussi voulaient quelque chose de semblable mais leur commandant refusait de laisser quelqu’un d’autre s’emparer de sa proie. Et il y avait aussi cette femme qu’on a libérée en même temps qu’Ansem. Je n’avais pas put la voir très bien à cause des combats mais elle me semblait familière. De plus, elle avait l’air d’être du coté d’Ansem, ce qui faisait d’elle une sorte d’allié sur le coup.

Le combat s’éternisait et de plus en plus de marines venaient sur le pont. On n’avait aucune chance, il fallait fuir. J’ai voulu passer le mot et me suis rapprochée d’avantage de mon équipe. En le faisant, j’ai failli me faire taillader en pièce par la femme mystère qui donnait des coups avec manie de tous les cotés.

‘’ Oh ! Doucement je suis avec vous ! ‘’

Elle acheva le troufion qu’elle avait entamé à la jambe et se tourna vers moi, toujours en position d’attaque. Pour la première fois j’ai eu une bonne vue sur son visage. Et je le connaissais, je ne le connaissais que trop bien!

‘’ Maman ??? ‘’

‘’ Hein? ‘’

Elle approcha son visage du miens pour l’examiner de plus prêt. Je ne comprenais pas. Puis ses yeux s’illuminèrent et un sourire apparu sur ses lèvres.

‘’ Trouvé! ‘’

Tout en repoussant de nouveaux les mousses qui l’attaquaient, elle cria en direction d’Ansem.

‘’ Ansem! Je l’ai trouvé! C’est elle! ‘’

Ils me cherchaient donc vraiment. J’aurais aimé voir l’expression sur son visage, sa réaction… Mais je n’ai pas put. La bataille faisait rage et j'étais occupée ailleurs.

Skeith : ‘’ Il faut qu’on parte !!! ‘’

Nemessis : ‘’ C’est notre dernière chance ! ‘’

Ayanami : ‘’ Personne ne part!

Yamaneko! Fang! Grimjaw!’’


Suivant les ordres du commandant, trois panthères se postèrent derrière nous, nous coupant toute possibilité de fuite. Pour rendre la chose plus claire encore, l’une d’elle qui tenait sur ses pattes arrière a donné un puissant coup de poing à la passerelle du navire qui vola en éclat.

* Cette panthère n’est pas normale… C’est un hybride! Elle possède un fruit du démon! *

Ayanami : ‘’ Great Wilder! ‘’

Les deux panthères normales bondirent en avant et se précipitèrent vers moi. Automatiquement je me suis mise en position de défense prête à contrattaquer. Cependant les fauves me dépassèrent rapidement. Ce n’est que quand j’ai entendu le cri de Nemessis que j’ai enfin compris qui était leur cible. Les bêtes l’avaient attaqué dans le dos alors qu’il s’apprêtait à rejoindre mon grand père dans le combat contre le capitaine marine. Nemessis était tombé à terre et saignait gravement. Skeith le couvrait tant bien que mal en agitant son arme de tous les cotés pour tenir au loin les bêtes et les mousses.

Trop distraite, j’ai moi-même subis quelques coupures. Je gardais trop les yeux sur les acteurs principaux de ce beau massacre : le capitaine marine, le marine aux yeux rouge, mon grand-père, Ansem et la femme que je pensais être ma mère. Ils étaient tous très forts! Nemessis, Skeith et moi-même qui pourtant étions des assassins, palissons en comparaison.

Ayanami : ‘’ Kaori! La femme! ‘’

La femme panthère obéit et fit de ma mère sa cible prioritaire pour pas qu’elle ne gêne trop Sper qui se battait déjà avec Ansem. Pendant ce temps, Nemessis essayait de se relever. Mais il avait beaucoup de mal à respirer. Il avait vraiment l’air d’être dans un piteux état. Moi et Skeith nous sommes postés à ses cotés pour le protéger et pour mieux nous défendre.

Nemessis : ‘’ On a été… beaucoup trop imprudents… Trop confiants… ‘’

‘’ T’inquiètes pas, on s’en tirera comme toujours ! ‘’

Skeith : ‘’Oui comme l’autre fois à Tol’vir! ‘’

Nemessis : ‘’ A Tol’vir, on n’avait pas à faire à des monstres comme eux… Vous savez qu’on est dans la merde! ‘’

Ce n’était pas faux.



Dernière édition par Anne Zelpher le Lun 13 Fév - 12:40, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Zelpher

avatar

Féminin Messages : 2
Localisation : Logue Town

MessageSujet: Re: Anne Zelpher   Lun 6 Fév - 23:33

.

Nemessis : ‘’ Je sais… j’ai une idée… Skeith, ouvre un trou… là bas! ‘’

Skeith : ‘’ C’est comme tu veux! ‘’

L’assassin aux cheveux d’argent s’exécuta. A l’aide de ses techniques, il se fraya rapidement un chemin jusqu’à l’endroit désigné par son confrère. Arrivé à destination, il prit son arme à deux mains et la rabattît avec force sur le parquet du pont qui vola en éclat, créant un trou d’un bon mètre de diamètre. En dessous, des dizaines de tonneaux étaient visibles.

Nemessis : ‘’ Tu les as trouvés ? ‘’

Skeith : ‘’ Des tonneaux! Oui! ‘’

Nemessis : ‘’ Anne, couvre moi jusqu’à là bas… ‘’

‘’ Compris! ‘’

Le gros des mousses se tenait désormais à l’écart et il me fut facile d’accomplir ma tache pendant que Nemessis courrait vers Skeith et le trou avec le peu de forces qui lui restait. J’ai cru ressentir une montée de la tension chez les marines. Les cris de la femme panthère à notre égard, vinrent confirmer mon impression.

Yamaneko Kaori : ‘’ Ne touchez pas à çà imbéciles, vous allez tous nous tuez!!! ‘’

Nemessis : ‘’ C’était bien mon idée… ‘’

Nemessis arrivé au bord du trou, il choppa une des fioles que Skeith avait à sa ceinture et se jeta dans le trou. C’est à ce moment que j’ai compris ce qui allait se passer. Dans ces fioles Skeith mettait toujours une huile spéciale extrêmement inflammable. Le comportement de notre ami indiquait une seule chose : qu’il avait l’intention de tout faire sauter. Nemessis tombait, et nous n’avions plus que quelques secondes avant la fin… C’est aussi ça les assassins de Xavia: accomplir la mission à tout prix. Je n’avais jamais pensé que je mourrais comme-çà. Depuis que j’avais rejoins les assassins, j’avais imaginé des tas de morts. Mais jamais il ne m’était venu à l’esprit, que je j’allais mourir si près de chez moi…

Ce qui suivi se passa très rapidement. Pourtant chaque instant semblait être une éternité.
Skeith me leva et commença à se précipiter vers le bord du navire. Les mousses autour de nous essayaient de partir aussi. La peur était marquée sur leur visage.
Puis l’explosion arriva.

Portée, j’ai eu le temps de voir maman se jeter devant Ansem pour le protéger de son corps. Puis Skeith me jeta. On n’avait pas eu le temps d’arrivé au bord et du coup il me jeta dans le vide dans la direction du quai. Il souriait. Ça m’a fendu le cœur.
J’ai quand même été prise dans le souffle de l’explosion. Sa puissance me projeta une bonne vingtaine de mètres vers la ville et j’ai fini par faire un atterrissage fracassant dans le grenier de quelqu’un. J’ai voulu me lever, j’ai voulu bouger mais ce fut impossible. Mes yeux se fermaient… J’ai fini par perdre connaissance.

Quand je me suis réveillée, j’étais sur le dos de mon frère et en route vers notre manoir.
J’avais mal partout, Aeon lui, il avait l’air encore plus sérieux que d’habitude. Je fus soulagée de voir qu’il était intact. Par contre sans trop y penser j’ai failli lui crier ‘’Mais où t’étais??? ‘’. Heureusement je me suis retenu à la dernière seconde. Je n’étais pas supposée faire ça. Je n’étais pas restée tout ce temps à Xavia, je n’avais pas pris les armes pour ensuite revenir me cacher derrière mon frère.

‘’ Que s’est il passé? Où sont les autres? ‘’

Aeon : ‘’ Si j’ai bien compris… Skeith et Nemessis sont morts. Grand-père est entrain de se battre contre un type de la marine au port. Mais ne pleure pas encore. On a besoin de toi pour la suite. Ce n’est pas encore fini. ‘’

C’était dur. Mais il avait raison et de toutes manières je ne pouvais plus me permettre de fondre en larmes comme je l’aurais fait avant…
Je suis donc restée aussi calme que possible.

‘’ Et maman? ‘’

Aeon : ‘’ Elle est au manoir, on va la rejoindre maintenant! ‘’

Elle avait donc survécu… J’étais heureuse mais très étonnée de l’apprendre. Elle était près du centre de l’explosion et elle se l’ait prise de plein fouet…

Aeon: ‘’ Il faut qu’on se barricade à la maison. Ansem a sans doutes survécu l’explosion et il viendra surement te chercher. ‘’

‘’ Tu connaissais l’histoire ? ‘’

Aeon : ‘’ Que depuis peu… Mais je ne pouvais rien te dire. ‘’

Je ne savais pas trop quoi penser de tout ça.

‘’ T’es sur qu’il ne voudrait pas mieux que tu me cache dans un buisson et que tu ailles aider grand-père ? ‘’

Aeon : ‘’ Non. Grand-père est très fort, il s’en sortira. De plus tu es gravement blessée et ici Ansem te trouverait facilement. Aussi il faut que tu saches que pour nous, tu es la personne la plus importante! ‘’

Pendant ce temps, au port de la ville…
Ayanami Klein et mon grand-père livraient un fier combat sous les yeux des citoyens terrifiés.


Ayanami : ‘’ Votre détermination vous fait honneur! ‘’

Georges : ‘’ Oui, tuer Ansem est très important pour moi. Par contre… est ce vraiment dans l’esprit de la marine d’utiliser ses subordonnés comme bouclier ? ‘’

Ayanami : ‘’ Sper s’en remettra, et puis vous les avez utilisé aussi. Ce qui me donne une bonne raison de plus pour vous arrêter. ‘’

Georges : ‘’ Essayes donc jeune homme! ‘’

Ayanami : ‘’ Oh mais je vais réussir. Et après j’irais chercher cette fille. J’ai l’impression que c’est le lien manquant dans l’histoire que le scientifique m’a raconté tout à l’heure… Et puis je tomberais surement sur ceux qui ont réussi à s’échapper! ‘’

Georges : ‘’ Alors je ne peux vraiment pas vous laissez partir d’ici! ‘’



Après une bonne demi-heure, nous étions finalement arrivés au manoir. Notre mère nous attendait au parvis de la porte, une grosse faux en métal dans la main. Cette image m’a surpris. Mais ce qui m’a carrément choqué c’était qu’elle n’avait aucune blessure ni rien d’autre. Elle était exactement comme on l’avait laissée en partant. En y repensant je me suis rappeler que l’autre femme ne portait pas du tout les mêmes vêtements qu’elle. Mais elles se ressemblaient comme deux goutes d’eau!

Maria : '’ Ma pauvre fille! Vite, rentrez on va la soigner! ‘’

Pour une raison que j’ignore ils m’emmenèrent non dans ma chambre mais dans le hall de danse. Aussi, de qu’Aeon me posa il partit monter la garde dans le hall d’entrée. Ils semblaient sur que l’ennemi qui nous suivait allait entrer de là bas.
Maman avait déjà préparé le kit des premiers secours et s’occupait de moi avec un professionnalisme étonnant.
J’ai voulu parler mais elle me coupa net.

Maria : ‘’ Je sais ce qu’il s’est passé au port. Georges m’a appelé avant de réengager son adversaire. Je sais aussi que tu dois avoir énormément de questions. Je vais essayer d’y répondre maintenant au mieux de ma capacité. Je ne voulais pas te dire tout ça… Mais, tu as tellement grandie! Et tu es prête maintenant… Tu va apprendre beaucoup de choses choquantes mais s’il te plait écoute moi jusqu’au bout avant de dire quoi que ce soit… ‘’

Je n’avais pas trop le choix. Je ne pouvais pas bouger et même parler semblait beaucoup me couter.

Maria : ‘’ Pour commencer, je t’ai dis tout à l’heure que je ne suis pas ta vraie mère. Ce n’est pas entièrement vrai mais ce n’est pas faux non plus. Je suis… un cyborg créé à l’image de ta mère… Je possède aussi la quasi-totalité de sa personnalité ainsi que bon nombre de ses souvenirs. ‘’



Oui. Ok…

En y repensant je me souviens maintenant de certains épisodes lors de mon enfance, où Maria avait montré une force considérable. Et surtout je me suis rendu compte qu’elle n’avait pas vieillit. Ces soir elle était identique à il y a bien des années, avant que je ne parte pour Xavia.

Maria: ‘’ Mon vrai nom est Catherine Crystalmaiden. C’est également le nom de ta vraie mère. Non… En fait son vrai nom c’est Catherine Zelpher. C’est la fille de ton grand-père, Georges Zelpher. J’ai changé mon nom en Maria pour semer Ansem.
Tu es la fille de la véritable Catherine Zelpher et d’Ansem Xehanort. Tes parents et Georges sont tous originaires d’une île qui s’appel Cocoon.
Quand Georges est partit de Cocoon, il avait perdu sa femme. Il est venu à Aquelia et s’est remarié avec une femme de la noblesse de l’île. Avec cette femme il a eut Michel. Michel s’est marié à son tour et a eut Aeon. Cependant la mère d’Aeon est morte lors de sa naissance.
Peu de temps après je suis venu leur demander asile alors que tu n’étais qu’un bébé. Ta mère ta confiée à moi car il était impossible pour elle de te cacher. Mais je suis sur qu’elle t’aimait beaucoup… Je ne sais pas où elle peut bien être à présent. ‘’


Ensuite elle me raconta en détail l’histoire de mes parents et de mon grand-père. Je vous en ferais un résumé plus tard. Bref elle m’a raconté pleins de choses qui ont fait que en effet j’ai mieux compris notre situation actuelle. Elle n’avait pas fini de me livrer tous les secrets autour de ma naissance quand on a senti une forte odeur de cramé. Maria s’est précipitée pour ouvrir la porte et voir ce qu’il se passait mais on se doutait bien qu’Ansem ne devait pas être bien loin. Elle est sortie pendant une minute et est revenue à mes cotés pour me dire que le manoir avait prit feux. Les flammes allaient bientôt nous atteindre et il fallait bouger.

Maria : ‘’ Je devrais rester ici pour les retarder. Peux-tu marcher ? ‘’

J’ai essayé, sans succès. Bien que Maria m’avait recouverte de bandages et remplie de médocs je ne pouvais quasiment rien bouger…

‘’ Non désolée… JUSTE PREND AEON ET PARTEZ ! POURQUOI VOUS FAITES TOUT CA POUR MOI? Je n’en vaux pas la peine… Juste partez… C’est bon je vous en voudrais pas… Vous avez déjà fait assez!...
Si ça se trouve il ne me fera rien de mal! ‘’


Maria : ‘’ Non. On fait tous çà par ce qu’on le veut. Ne t’inquiètes pas pour nous, ça ira. Concernant Ansem… Il faut que tu lui parle. Mais pas maintenant. Quand tu seras prête. Si tu le fais maintenant, il risque de se servir de toi comme d’un pantin. ‘’

D’un seul coup elle tourna la tête vers la porte.

Maria : ‘’ Il arrive! ‘’

Elle me porta rapidement jusqu’à un mur où elle m’adossa puis elle récupéra son arme avant de se mettre à mis distance entre moi et la porte du hall.

Maria : ‘’ Oh comme j’ai rêvé de ce moment… ‘’

La porte s’ouvrit et l’ennemi numéro un de ma famille rentra dans la salle. Il n’avait subit presque aucun dommage lors de la bataille sur le navire des marines et l’explosion ne semblait pas l’avoir affecté beaucoup non plus.
Je pouvais distinguer un sourire narquois sur ses lèvres.

Ansem : ‘’ Ooooooh! Si ce n’est pas le robot rebelle! Mais c’est parfait! Maintenant je n’ai même plus à te chercher! Décidément venir ici était vraiment une bonne chose! ‘’

Maria : ‘’ Je ne vais pas te laisser prendre Anne! ‘’

Ansem : ‘’ Tu penses avoir une chance face à ton créateur? ‘’

Maria : ‘’ JE M’EN FOU! ‘’

Ansem : ‘’ …

Cette famille est vraiment bizarre… Le type en blanc à dis un truc semblable! ‘’


Maria : ‘’ Qu’as-tu fait à Aeon? ‘’

Ansem : ’’ Il se bat avec les restes de CC07.’’

Maria : ‘’ Enfoiré… T’es déjà au septième! ‘’

Ansem : ‘’ Croyais tu que j’allais abandonner mon projet à cause de ta rébellion futile? ‘’

Maria : ‘’ Tch! Et de l’originale? Qu’as-tu fait de l’originale? ‘’

Le regard d’Ansem s’assombrit et il devint plus sérieux.

Ansem: ‘’ Ce n’est pas tes affaires CC04! ‘’

Sa réponse n’a pas plut des masses à Maria qui le chargea sans rien ajouter.

Ansem : ‘’ C’est parti… Aim! ‘’

Il tira trois balles dans la direction de Maria à l’aide de son arme, une sorte de gunblade. Vu qu’elle courrait en ligne droite, j’étais quasiment sur qu’elle allait toutes se les prendre mais ce ne fut pas le cas.

Maria : ‘’ Nom Utsukushisa chimeiteki. ‘’

Mère frappa le sol avec son arme puis elle disparu de mon chant de vision momentanément. Elle avait complètement évité les balles. Je l’ai aperçue de nouveau plus loin dans la direction d’Ansem puis elle disparue de nouveau. Elle était trop rapide. Tellement que j’avais du mal à la suivre du regard. C’était quelque chose que je n’avais jamais imaginé en regardant ma douce et tendre mère.
Il commençait à faire vachement chaud dans la pièce… et pour bonne cause! Les rideaux sur les cotés de la porte avaient déjà pris feu et les flammes gagnaient rapidement du terrain. Elles remontaient vers le plafond mais s’étendaient aussi vers le restant des murs. A ce rythme dans 5-10 minutes la pièce allait être foutue. Et moi j’étais là, sans pouvoir rien faire à part regarder les deux autres se battre. C’était frustrant je vous assure!
Bref, Ansem qui voyait sa cible éviter tous ses projectiles et se rapprocher dangereusement, changea de tactique.

Ansem: ‘’ Code: phase 1, Morgana. Aim, Fire Power! ‘’

Il tira de nouveau mais pas vers ma mère. Enfin, pas là bas où je l’avais vu la dernière fois.
Pourtant il la toucha. J’ai entendu une petite explosion et je vis ma mère rouler sur le sol à deux mètres d’Ansem. Il l’avait eu au tibia. Tibia qui était maintenant dépourvu de chaire. A sa place j’ai pu voir un morceau de métal. C’était donc vrai…

Maria se releva d’un bon et repris sa technique de déplacement. Elle était maintenant arrivée au niveau d’Ansem et elle enchaina en donnant un coup de faux circulaire qui a été bloqué par l’arme d’Ansem. Cependant l’attaque poussa le scientifique quelque mètres vers l’intérieur de la salle qui continuait à s’enflammer.

Maria: ‘’ Kongooseki surudoi! Kagami no reikon! ‘’

Ansem: ‘’ Section! ‘’

Mère ne s’arrêta pas une seconde. Elle continua son assaut avec une série de coups violents. Elle était rapide et elle était forte. Ses coups devaient mettre une pression immense sur son adversaire, surtout qu’ils venaient de partout autour de lui grâce à sa technique de déplacement.
Pourtant ce dernier bougeait à peine. Il bloqua à la perfection tous les coups de ma mère. Mettant dans ses bras exactement la force requise pour bloquer chaque coup! Pour certains il n’a même pas prit la peine de tourner entièrement son corps vers elle! C’était comme si il savait où et comment elle allait le frapper!

J’ai réalisé à ce moment là que tout à l’heure aussi quand il l’a eut avec la balle explosive, si il n’a pas tiré là où elle était, c’était par ce qu’il avait tiré là où elle allait être! Mais comment était ce possible?
Pire encore, après s’être amusé à bloquer et à parer quelques uns de ses coups, il commença carrément à contre attaqué tout en se défendant toujours à la perfection. Sauf que lui ses coups faisaient mouche à chaque fois… Peu à peu la chaire disparue de plusieurs endroits de Maria… Ses côtes, ses épaules, ses cuisses… Même son squelette métallique semblait en souffrir. Ansem avait réussit à le couper par endroits. Maria saignait. Elle saignait et le sang provenant de sa chaire se mêlait à un liquide noir qui sortait de ses parties mécaniques endommagées.
C’était vraiment dur à voir…

Peu importe les coups qu’elle se prenait, maman continuait. Sans aucune pose, sans reprendre son souffle. Son visage était marqué par la haine.
A un moment Ansem réussit à s'éloigner d’elle. Mère lança une attaque à distance. Des lames de vent je pense.

Maria: ‘’ Kaze no gekoo! ‘’

Elle a dut en lancer au moins huit en quatre seconds. Pourtant il les évita toutes. S’écartant juste assez pour qu’elles ne le touchent pas d’un centimètre… Il la narguait.
Pendant ce temps, des morceaux enflammés du plafond avaient commencé à tomber un peu partout dans la salle. On en avait plus pour longtemps…

Maria se rapprocha d’Ansem pendant qu’il évitait les lames. Elle tenta de le percer avec le bâton de la faux mais sans succès. Ansem esquiva d’un pas sur le coté puis leva son arme vers le visage de ma mère. C’était presque un tir à bout portant.

Ansem : ‘’ Fire Power. ‘’

Une deuxième explosion eut lieu et ma mère vola jusqu’à l’autre bout de la salle où elle percuta le mur et tomba au sol.
Ansem tira un deuxième coup au dessus du point de sa chute. L’explosion causa l’effondrement d’une partie du plafond sur ma Maria qui était encore au sol.
Ensuite il rechargea calmement son arme avec de nouvelles munitions puis tira de nouveau trois balles sur les débris. C’était des balles incendiaires. Apparemment les blocs de plafond qui étaient tombés sur maman n’étaient pas assez enflammés à son gout!
Finalement il baissa son arme.

Ansem : ‘’ Je pensais avoir fait un meilleur travail que çà… Mais bon. Je suppose que c’est par ce que c’est un vieux numéro. Stupide machine… Je t’ai créé. J’ai même créé ton style de combat et tes techniques. Croyais-tu vraiment pouvoir me vaincre avec quelque chose que je connais par cœur? ‘’

Il se tourna et commença à marcher vers moi, en évitant au passage les morceaux de plafond qui allaient lui tombé dessus.

Ansem : ‘’ Avec toi ma belle, on a beaucoup de choses à se dire! Je te cherche depuis bien longtemps! … Depuis qu’elles t’ont prise loin de moi pour être exact. ‘’

Des bruits forts se firent entendre de l’autre coté de la salle.

Maria : ‘’ NE T’APPROCHES PAS DE MA FILLE!!!! ‘’

Ansem n’avait eut le temps de se retourner qu’à moitié avant de se faire entrainé par le gros bloc que mère lui avait jeté.
Le rocher l’emporta jusqu’au mur, à quelques mètres de moi.
Il était désormais coincé entre le mur et le rocher enflammé et visiblement, les flammes le touchaient très bien!
Maria regarda autour d’elle à la recherche d’un autre gros bloc, elle en trouva un et alla le chercher. Plus que la moitié de son visage était dépourvu de chaire et son corps était en piteux état. Quelques lambeaux de chaire ici et là avaient pris feu mais elle ne semblait pas y faire attention. Elle jeta son nouveau projectile vers Ansem qui pendant ce temps avait réussit à se dégagé du roché précédent et à éteindre les quelques flammes qui s’étaient manifestées sur son manteau et pantalon. Il essayé désespérément de recharger son arme, chose qu’il réussit à faire à moitié avant de commencé à tirer frénétiquement sur le rocher qui volait dans sa direction.

Ansem: ‘’ Aim, Fire Power! ‘’

Apparemment il avait recharge son arme avec des balles explosives car le projectile de mère explosa et se divisa en morceaux. Mais Ansem ne s’est pas arrêté là. Il continua à tirer sur les morceaux jusqu’à ce qu’ils se transformèrent tous en deux vulgaires cailloux qui n’ont eut aucun effet en le percutant.
Il recommença à charger son arme pendant que Maria courrait vers lui. Elle n’avait plus son arme mais même si elle l’avait, je ne pense pas qu’elle aurait put utiliser sa technique dans cet état…
Elle gardait une vitesse décente mais c’était trois fois rien comparé à tout à l’heure… Et tout à l’heure n’avait pas été suffisant.
Elle arriva quand même à cinq mètres de son adversaire avant qu’il ne recommence à lui tiré dessus.

Ansem : ‘’ Assez joué! Code : phase 2, Morgana mode! Aim, Fire Power! ‘’

Il tira de nouveau des balles explosives. Des rafales de trois. Il le fit à plusieurs reprises, et toutes touchaient leur cible. Il visait ses articulations, comme les épaules et les genoux. Par contre les explosions qui suivaient, bien que petites, endommageaient clairement la totalité de son adversaire qui pourtant n’avait pas arrêté sa course.
Enfin, disons plutôt qu’elle n’avait pas arrêté d’avancer vers lui, car au bout de la première rafale elle ne pouvait plus courir. Elle continua à avancé en marchant. Plus que quatre mètres…
Maria pencha le haut de son corps vers l’avant puis baissa également sa tête pour la protéger avec ses bras.
Les deux premières balles de la rafale suivante touchèrent ses coudes exposés et la dernière son pied en mouvement ce qui l’a fit tomber à genoux.
Elle se releva quand même et continua sa marche. De la fumée noire s’échappait des divers endroits de son squelette métallique qui avait été fissuré. Plus que trois mètres…
Je ne sais pas ce qu’elle comptait faire. Elle n’était même pas armée. Je ne sais pas non plus ce qu’elle pouvait faire.
Troisième rafale, similaire à la précédente à l’exception d’un tir au genou. Cette fois les explosions écartèrent les bras de mère. Des petites visses et autres babioles s’éjectaient dans tous les sens avec chaque coup. Ses membres touchés semblaient aussi plus fins qu’au départ. Si elle continuait ainsi il ne resterait plus rien d’elle! Plus que deux mètres…

Maria : ‘’ Je lui ai promis… Je me suis promis… Qu’elle ne subirait pas le même sort que moi! J’ai promis que jamais je ne te laisserais la prendre!!! ‘’

Plus qu’un mètre…
Maria serra son poing de toutes ses forces et le leva en l’ai, l’impact était imminent.

Elle tendit le bras pour frapper son adversaire et là…
boum…


Ansem tira une dernière balle explosive sur la tête du robot. Presque à bout portant comme tout à l’heure…

C’est sous mes yeux horrifiés que le morceau de métal se décolla de son corps et traversa la pièce pour tomber bruyamment plus loin. Le corps métallique, le bras à moitié tendu, tomba inanimé à coté d’Ansem sans l’avoir touché.

J’ai crié de toutes mes forces.

J’ai crié jusqu’à ce que j’en crache du sang. Et j’ai continué jusqu’à ce que j’en vomisse, après quoi je n’avais plus de voix et ma vision commençait à devenir trouble.
J’entendis une voix au loin.

Aeon : ‘’ ANNE! REVEIL TOI! COURS! ‘’

Je ne pouvais pas.

Ansem : ‘’ Toujours de la partie? Je suppose que CC07 était trop endommagé pour se battre correctement… Mais je n’ai plus le temps de jouer et je commence à avoir sérieusement mal à la tête… Si tu sais ce qui est bon pour toi, tu resteras loin de nous! ‘’

Aeon bien sur ne l’écouta pas et commença à se rapprocher. En réponse, Ansem vida les balles qui restaient dans son chargeur sur le plafond devant et autour de mon frère qui finit par être bloqué de l’autre coté de la salle.

Ansem : ‘’ Code : /off. ‘’

Il s’approcha de moi et me souleva pour me poser sur son épaule, comme un sac.

Aeon : ‘’ ANNE !! AAAAANNEEEEE!!! ‘’

Ansem : ‘’ Ne t’inquiètes pas. Je vais juste te préparer à affronter ton destin. ‘’

Puis je suis tombée dans les pommes.



La fille d’un certain scientifique

Maintenant je vais vous raconter une partie de ce que Maria, ma mère, m'a révélé.



Tout commença il y a fort longtemps, sur une île perdue. Perdue, car ses habitants ne souhaitaient pas être trouvés. Le paradis de la technologie: l'île voyageuse Cocoon! L'endroit où sont réunis les plus grands génies de notre monde. L'endroit où ils naissent, produisent et disparaissent sans que personne en dehors de cette cage dorée ne se rende compte de leur existence. Le berceau de la science pour la science. La bibliothèque interdite du savoir absolu!



L'histoire commence avec mon grand-père, un des nombreux habitants de cette île merveilleuse. Comme toutes les autres personnes de son entourage, mon grand-père tenta sa chance dans les sciences. Seulement, il n'était pas vraiment atteint de cette passion extraordinaire qui animait tous les autres et se lassa rapidement des études conventionnelles. A partir de ce moment, il n'avait plus beaucoup de choix. Soit il devenait un assistant de mécanicien ou autre, soit il rejoignait la sécurité de l'île. Mon grand-père trouva la possibilité de se battre... excitante. Convaincu qu'une vie autant que soldat lui serait beaucoup plus appropriée qu'une vie de bureaucrate ou de larbin, il s'engagea sans hésiter dans la sécurité de l'île et suivit la formation de tous les soldats de base. Avec le temps il devint un bon guerrier et décida de continuer dans cette voie. Les années passèrent et il se retrouva dans l'élite des forces de Cocoon. Encore une fois il devait faire un choix important. Trois possibilités s'offraient à l'élite martiale de Cocoon: garder le super ordinateur à la Centrale, partir en mission secrète en dehors de l'île ou protéger une des familles nobles de Cocoon. Il est important maintenant de dire qu’à cette époque, mon grand-père s'était déjà marié à ma grand-mère. Il faut aussi expliquer qu'il est impossible pour le commun des citoyens de quitter Cocoon. Mon grand-père a donc été contraint de rester à Cocoon malgré son désir de voyager, pour pouvoir rester avec ma grand-mère. Il ne lui restait plus que deux options donc. De ces deux-là, il préféra garder une famille noble. Pour lui, travailler a Centrale allait aboutir à une vie remplie de mystères et de secrets qu'il devrait garder même de sa femme, et cela il ne le souhaitait point.

C'est ainsi que mon grand-père, George de nom, devint serviteur et garde de la famille des Xehanort. Ma grand-mère fut également engagée dans cette famille comme aide de chambre. Mes grands-parents étaient des gens travailleurs et responsables. Satisfaits de leur vies, ils continuèrent à servir leur maîtres sans aucun problème pendant plusieurs années et ce jusqu'au jour ou vint l'annonce de la naissance de ma mère. Avoir un enfant était la seule chose qui manquait à ma grand-mère. Ce n'était pas malheureusement le cas de mon grand-père. Ma grand-mère savait comment il allait réagir, c'est pour ça qu'elle fit tout ce qu'elle pouvait pour garder secret le fait qu'elle était en ceinte. Miraculeusement elle réussit, jusqu'au moment fatidique ou elle dut révéler le tout à son mari pour obtenir l'aide appropriée. Grand-père était furieux. Il fit venir un ami docteur en cachette. Il ne voulait pas de cet enfant. C'est pour ça que ma mère fut abandonnée dans un lieu désert dès que possible. Ceci créa un énorme conflit entre mes grands-parents. A la fin, ma grand-mère mourra de chagrin, ce qui fit amèrement regretter son choix à mon grand-père, qui sombra à son tour dans une profonde tristesse. Cependant, ceci n'était pas la fin de l'histoire de l'enfant aussi aimée et haie dès le jour de sa naissance. Le destin a souvent raison de nos plans et c'est ce qu'il se passa avec le projet d'abandon de ma mère. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ma mère fut découverte par le chef des Xehanort, qui n'avaient eu aucun vent de sa naissance. Cet homme, l'a découverte entrain de pleurer au milieu de nulle part, un jour quand il était sorti pour visiter un futur chantier. Prit d'une sympathie rare, il décida de faire de cette pauvre fille la tienne. Elle deviendrait la sœur de son propre enfant. C'est ainsi que ma mère fut recueillie par les Xehanort et qu'elle obtenu pour des raisons que j'ignore, le nom de Catherine Crystalmaiden.

Le reste de cette histoire vous est peut être connu. Les relations entre les deux enfants évoluèrent et se transformèrent en un amour interdit qui apporta la calamité sur Cocoon. Oui, je suis la fille d'Ansem Xehanort et de Catherine Crystalmaiden. La fille des deux personnes qui ont détruit tout un style de vie et qui se sont fait les ennemis du monde au nom de l'amour. Ça peut paraître incroyable mais c'est vrai. Moi-même je ne sais pas si je dois admirer la beauté romantique de leurs actes ou y voir un égoïsme destructeur méprisable. Mais laissons ces réflexions de côté pour l'instant...

Le jour où mes parents quittèrent Cocoon, mon grand-père en fit de même. Il avait beaucoup de raisons de le faire et il l'avait toujours désiré. Si il était resté à Cocoon, s'était à cause de sa femme, puis, celle-là décédé, de sa fille. L'ironie du sort fit qu'il s'attacha, bien que trop tard, à son enfant. Mais quand ma mère, Catherine, quitta les lieux pour devenir une criminelle aux cotés d’Ansem. Georges n’avait plus ni l’envi ni le choix de rester à Cocoon, il partit donc pour voyager un peu à travers le monde. Il finit par s’installer à Aquelia.


Si vous voulez plus d’information concernant les événements de Cocoon, vous devriez peut-être jeter un coup d’œil à l’histoire de mon père où celle de ma mère.

Si vous voulez plus de détails concernant ma naissance et comment j’ai atterris à Aquelia où sur ce que je faisais ces 10 dernières années, on peut prendre un autre moment pour çà.

Mais maintenant, maintenant il est temps que je me réveil, car ça fait longtemps que je dors…

Je sens de la chaleur. Il n’y avait que la froideur des ténèbres auparavant mais maintenant je sens de la chaleur. Elle enveloppe tout mon corps. Elle est si douce sur mon visage… Salvatrice.

Je suis perdue.

Je ne sais pas où j’étais et je ne sais pas où je suis, mais je sais que je ne suis plus où j’étais.

Mon esprit est troublé.

Où suis-je ?

J’entends une voix dans mon sommeil, une voix d’homme. Celle d’un homme que je connaissais mais dont je ne me souviens plus ni le nom ni le visage. Qui était ce ?

Et puis soudain il y a la douce voix d’une petite fille. Elle chantonne :

‘’ Dans le grand désert glacé je me suis promené et je m'y suis perdu
Trois fois, trois fois j'ai crié et personne ne m'a entendu
Dans le grand désert glacé le loup blanc j'ai rencontré
Et trois fois, trois fois je lui ai échappé
Dans le grand désert glacé le loup blanc m'a rattrapé
Et trois fois, trois fois je lui ai demandé pitié
Mais en trois bouchés, en trois bouchés il m'a dévoré
Dans le grand désert glacé je me suis perdu et jamais n’en suis revenu... ''


Cette comptine m’est familière. Je pense l’avoir déjà entendu plusieurs fois. Mais je ne sais plus ni où, ni qui aurait bien pu me la chanter.

Je réalise que je ne me souviens de rien.

C’est bizarre. Je pense que quelqu’un devrait être horrifié après une révélation pareille, mais je me sens très calme. C’est comme si ça n’avait pas d’importance maintenant. Peut-être que c’est le cas ? Peut-être que c’est pour ça que j’ai oublié ?

En y repensant je suis peut être morte? Oui ça doit être ça. C’est pour ça que je ne me souviens de rien, c’est pour ça que ça n’a plus d’importance. Mais… Je me souviens quand même de la comptine d’il y a quelques instants… Pourquoi ?



Ah, je vois.
C’est la chose la plus importante. La dernière chose. Je suis morte dans un désert glacé, dévorée par un loup. Ça doit être ça. C’est logique.
Mais alors quel est cet autre souvenir qui me vient à l’esprit ? Cette image... ?



C’est… la fille? Moi ?

Non. Je ne peux pas être morte. Je reconnais cette chaleur. C’est celle du soleil!
Oui. Je pense j’y suis presque maintenant. Il me reste plus qu’à me souvenir de qui je suis.
Ça revient… Il y avait des tas de gens qui me disaient ce que j’étais… Mais que disaient-ils?

D’un seul coup de nouvelles voix envahissent mon esprit. Mais elles, elles je les connais bien. Elles sont claires, distinctes dans ma tête.

‘’ Ma toute petite, ma toute belle… Je t’aime… Mais il faut que tu saches que… Tu n’es qu’un outil… La personne la plus importante… Le lien manquant… Et tu es prête maintenant… A affronter ton destin… Car pour cette vie, il y a des sacrifices qui doivent être faits! ‘’


Ah oui… Je me souviens maintenant.



J’ai ouvert mes yeux. Pour la première fois dans dix ans.
La lumière du soleil que laissait rentrer la fenêtre de la chambre, m’ébloui pendant une bonne dizaine de secondes. Mais j’étais tellement contente de finalement ressentir la chaleur du soleil sur ma peau!
En examinant plus attentivement ma pièce je me suis rendu compte que mes affaires étaient là. Pas toutes bien entendu, mais mes habits et le matériel de base était bien là. Il y avait même des objets que je ne reconnaissais pas.

Sur la commode à coté du lit où j’étais allongée, il y avait une bourse bien remplie, ainsi qu’une enveloppe blanche avec une lettre à l’intérieur.
Je l’ai prise et lue avec curiosité.
Elle expliquait le comment du pourquoi je m’étais retrouvée ici. Il y avait aussi d’autres choses…
Il y avait une partie de mon histoire que je ne connaissais pas encore.

J’avais besoins de faire le point. Je me suis levée à la recherche de quoi écrire. Posé sur une vanité un peu plus loin, j’ai trouvé un stylo. Sur le dos de la lettre, j’ai fait un arbre généalogique histoire d’avoir une image bien claire.



Satisfaite de mon œuvre, j’ai remis la lettre dans son enveloppe et glissé le tout dans la poche de mon jean qui était posé sur la chaise devant la vanité.

Ensuite je me suis approchée de la fenêtre. Elle donnait sur une rue pleine de monde, une rue que je connaissais bien.

‘’ Logue Town… Bon, c’est parti! ‘’

Je sais qui je suis et je sais ce que je dois faire.

Je suis Anne Zelpher, et je vais finir ce bordel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Anne Zelpher
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» [Bayonne] [Pastorale] Anne de Breuil
» [Baptême - R] Anne du Breuil
» [coupable] escroquerie viande anne lucie le 22 03 1456
» Unies par une glace - PV Clara & Andréanne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Instruments de Navigation :: Fiches Personnage :: Autres fiches-
Sauter vers: