Bienvenue à toi, visiteur(se), si tu ne fais pas encore partie de l'aventure je t'invite alors à nous rejoindre, n'hésite pas à rassembler des informations sur ta future aventure dans notre petit guide :

« A l'aube d'une nouvelle aventure »

Tu y trouveras toutes les informations nécessaire à ta survie sur Grande Line.

Si tu fais déjà partie de l'aventure, je te suggères de reprendre là où tu en étais !

A tout de suite sur les mers de Grand line !


Inspiré de One piece, notre Forum RP t'ouvres ses portes. Pirate, marine, vendeur de ramen, qui que tu sois, oseras tu t'aventurer à travers de nouveaux territoires ?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sanjirô Kukichi (finie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Sanjirô Kukichi

avatar

Masculin Messages : 101

MessageSujet: Sanjirô Kukichi (finie)   Dim 7 Aoû - 6:16

Nom : Kukichi

Prénom : Sanjirô

Age : 17 ans

Lieu d'origine : Logue Town.

Armes employées : L'arme que Sanjirô porte est plutôt spéciale. En effet c'est une sorte de bâton magique. Il est fait d'une matière plus dure que l'acier pourtant il possède l'extraordinaire possibilité de changer de forme selon la volonté de Sanjirô. Aussi longtemps qu'il s'en souvienne, Sanjirô à toujours eu ce bâton avec lui, il semble en effet qu'il soit lié au jeune garçon par un lien profond.
Attention, il y à des limites au modelage du bâton. Le bâton ne peut pas augmenter sa propre matière lors de ses transformation, bien que la quantité de matière qu'il le compose évolue, celle-ci semble suivre l'évolution du jeune garçon, en d'autre termes le bâton grandit avec lui.
Le lien qui lie Sanjirô à son bâton fait que le cuisinier est en résonance avec son arme, ainsi il peut la sentir et ce même si elle est loin de lui.
De toute manière ce n'est pas une bonne idée pour Sanjirô de rester trop longtemps éloigné de son arme. En effet celle-ci est en quelque sorte une part de lui-même donc s'ils sont séparés trop longtemps les deux dépérirons lentement. Pour Sanjirô cela se traduirait par une perte graduelle de ses forces jusqu'à la mort. Quant au bâton s'il est transformé lorsqu'il est séparé de Sanjirô alors il retrouvera rapidement sa forme originelle puis proportionnellement à la perte des forces de Sanjirô, lui, perdra en dureté.
Fort heureusement le processus est plutôt long.
Bien entendu seul Sanjirô peut faire changer de forme à son bâton. Par contre n'importe qui peut l'utiliser à la condition que "le bâton soit d'accord", dans le cas contraire il sera difficile de lui faire faire ce que l'on souhaites.

Caractère : Sanjirô est un jeune garçon plutôt intelligent, plein de rêves et d'espoir. Il est plutôt réservé face aux inconnus mais très jovial et sociable quand on engage une discussion avec lui. Il est passionné, dés qu'il s'agit de parler de cuisine sa bouche devient une source intarissable d'informations. Néanmoins la cuisine n'est pas le seul domaine sur lequel ce jeune garçon peut disserter : en réalité il est très cultivé et ce grâce aux nombreuses lectures qu'il a effectuées dans sa vie. Sinon c'est un homme au grand cœur, généreux il est toujours prêt à faire confiance aux gens et ce quelque soit leur origine, profession, réputation, race ou passé. Néanmoins il n'est pas naïf. Ainsi il jauge d'abord un individu avant de s'en faire un ami. Néanmoins toute personne qu'il a jugé digne d'être son ami le devient pour la vie et pourra lui demander de l'aide quand ça lui plaira. En effet Sanjirô est très fidèle et ne supporte pas de voir des gens qu'il apprécie avoir des problème. Il possède néanmoins une faiblesse notable sous la forme d'une peur chronique des chiens. Tout canidés provoque chez lui des gestes incongrus et la disproportionnalité de sa réaction est proportionnelle à la taille du chien.

Physique : Sanjirô est, à première vu, un garçon assez frêle. Il meusure 1m86 pour 75 kg. Ses cheveux semble pousser chacun de leur coté sans s'occuper des autres. Il porte des lunettes qui ne tienne pas bien sur son visage. Il porte la plupart du temps un tee-shirt noir couvert de taches et troué par des points par dessus duquel il met une veste qui contient ses quelques ustensiles de cuisine les plus transportable et sur laquelle il a fait coudre et gros dans le dos, l'emblème de la tunique confiée par son grand père. Son pantalon est quand à lui tout ce qu'il y'a de plus classique et est lui aussi en assez mauvais état. Son baton lui est attachée dans son dos car il est trop grand pour être porté à la ceinture. Il a été remplacer à cette place par une flasque d'alcool, une d'eau et un poignard. Enfin il possédait une sacoche "fourre-tout" contenant entre autres la tuniques de son grand père et des ustensiles de cuisines.

Histoire :

C'était une sombre nuit d'été, la Lune et les étoiles étaient masquées par de gros nuages, un orage se préparait. Voilà pourquoi le vieux Genzo Kukichi ne voulait pas traîner.

Spoiler:
 

Il avait fermé, comme à son habitude, relativement tard. Il ne refusait jamais un client qui avait faim et de ce fait il restait toujours ouvert tard. Il se dirigeait donc vers sa demeure qui elle se trouvait relativement loin de la ville, tirant derrière lui son chariot qui lui servait de stand, fredonnant un air de blues que le musicien qu'il avait servit quelque heures plus tôt :


*Il était quand même bizarre ce mec. Enfin en même temps dans cette ville c'est pas surprenant.*

D'un coup Genzô s'arrêta, il avait entendu un bruit dans un brui inhabituel, c'était des pleurs, des pleurs d'enfants. Il ne put s'empêcher d'aller jeter un coup d’oeil car personne n'habitait vers là-bas. Il repéra vite la source des pleurs : il y avait un couffin caché au fin fond de l'impasse et dedans un bébé emmitouflé dans un tunique ornée d'un blason que le vieil homme n'avais encore jamais vu. A l'instant où le vieil homme entra dans son champ vision le bébé arrêta ses cris et tendit les bras lui avec l'air heureux. A ce moment Genzô remarqua qu'il tenait dans sa main un petit cylindre qui faisait la taille d'un crayon, il ne semblait pas enclin à le lâcher. Genzô insista et le bébé le frappa avec l'air fâché, qui se transforma tout de suite en rire : le bruit du coup semblait avoir provoqué se rire. Même un vieux grognon ne pouvait être insensible à ce rire angélique il saisit le bébé à bout de bras, à la manière des gens qui ne savent pas s'y prendre avec les enfants et le posa sur son chariot.

"Bon c'est pas tout mais il te faut un prénom à toi."

Comme un signe ce fut à ce moment précis que la cloche de la ville sonna, trois coups, pour signifier qu'il était trois heure du matin.

'Ah ben ça me donne une idée : tu t'appellera Sanjirô, Kukichi Sanjirô et tu sera mon fils... Enfin non vu mon âge se serait stupide : je serais ton grand père."

Comme pour approuver le bébé ris et pour la première fois depuis fort longtemps Genzô Kukichi eut un sourire, fugace mais réel.


Nous sommes maintenant douze ans plus tard. Sanjirô a bien grandi et son bâton aussi, il a d'ailleurs rapidement découvert qu'il pouvait lui faire changer de forme. Sanjirô apprend les arts martiaux et la cuisine avec son grand père qui lui enseigne le style Kukichi. Il l'aide aussi au restaurant, en effet sa cuisine et l'aide du jeune garçon ont permis à Genzo d'acheter un restaurant.
Aujourd'hui d'ailleurs le restaurant était vide il était quatorze heure et Sanjirô était suspendu entre deux murs en grand écart au fond de la pièce, il s'assouplissait tout en lisant un livre. Il n'était pas seul dans le restaurant, ses deux meilleurs amis, qui d'ailleurs travaillait eux même au restaurant, était également là. L'un était à la cuisine, on l'entendait à s'affairer à se qui semblait être la vaisselle. L'autre était nonchalement assis sur le rebord de la fenêtre ouverte et jouait avec un sabre en bois qu'il faisait tourné avec adresse. Il avait à peu prés la même taille que Sanjirô mais le teint beaucoup plus mat que lui, des cheveux noir de jais au trois quarts couverts par une casquette.


Spoiler:
 

"Karim tu sais si mon grand père te trouve comme ça alors que tu es censé essuyé les tables ben j'aimerais pas être à ta place"

Sanjirô lui avait dit ça sans quitter les yeux de son livre. Le dénommé Karim leva la tête, réajusta sa casquette à l'aide de son sabre et avec un grand sourire lui dit :

"Bah ça sert à rien de nettoyer maintenant y a toute une bande de clients qui arrive. Par contre vu leurs têtes je pense qu'après l'addition on aura du ménage à faire."

Sanjirô leva alors les yeux de son livre, marqua la page et le ferma. Il fronçait légèrement les sourcils :

"Ah non Karim pas encore, je te préviens si c'est toi qui les provoque tu te tapera tout le rangement tout seul.
-Tout de suite... soupira-t-il.
-Je connais ton sourire de "j'ai envie de me battre". Ah et dans tout les cas s'il y a bagarres chacun réparera les dégâts qu'il a causé. Peut être que ça te motivera à être moins bourrin, lui rétorqua Sanjirô l'air faussement sévère
-Aie, aie, aie, je vais essayer mais je te garantis rien, répondit Karim en se grattant derrière la tête.
-Ben tu rangera, conclut Sanjirô en haussant les épaules.

Il alla se placer derrière le comptoir, car le restaurant faisait également bar, tandis que Karim se relevait et attachait son sabre à sa ceinture. Puis il s'étira et à se moment la porte s'ouvrit à la volée laissant découvrir trois individus qui en effet n'avait pas l'air amical. Il y en avait un tout petit qui avait une cigarette au bec et un sourire narquois et en général un visage qui inspirait la ruse et la mesquinerie. A sa gauche se tenait un indien de taille moyenne, vêtu d'une sorte de grande toge rouge, l'air taciturne, de long cheveux noirs encadrait son visage fermé. Le dernier était à la droite du petit, il était tellement grand qu'il avait du se baisser pour entrer dans le restaurant, il n'était pas seulement grand : il était également massif aussi large que les deux qu'il l'accompagnait. Il avait par contre un visage bête qui contrastait avec celui de ses compagnons.

Spoiler:
 

Celui qui parla fut le petit :

"Je sais, je sais vous nous avez reconnus, mais rassurez nous venons seulement prendre un verre... Pour le moment."

Il parlait d'une voix doucereuse et avait prononcé ces derniers mots avec un ton plus menaçant, un ton que Sanjirô n'avait pas aimé mais plus important :

"Hein ? Vous êtes du genre connus ?
-Karim t'as pas oublié notre discussion ?
-C'est juste une question ! C'est vrai quoi, tu les connais toi ?"

Le petit et le colosse regardait Sanjirô avec une certain espoir dans les yeux mais celui-ci ne pu que garder qu'un silence évocateur. Le petit fronça les sourcils l'air désappointé, le colosse lui devenait de plus en plus rouge tandis que l'indien n'eut qu'un rapide haussement de sourcils presque imperceptible. Encore une fois ce fut le petit qui brisa le silence de sa voix traînante qui laissait tout de même transparaître de l'agacement :

"Vous êtes en train de nous dire que vous n'avez jamais entendu parler des pirates de Don Morris ?
-Sans vouloir vous vexer monsieur Morris, non jamais.
-Je ne suis pas Don Morris ! Je suis son bras droit Josh la Fouine ! Ma tête est mise à prix pour 7 500 000 de berrys !
-Désolé M'sieur la Fouine on lit pas trop les journaux. Enfin bref, donc qu'est que ce sera ?

Le petit semblait reprendre sa contenance, il toussa deux fois avant de répondre d'une voix beaucoup plus calme.

"On va prendre trois whiskys pour commencer... puis la caisse."

Après cette déclaration l'atmosphère changea, elle devint encore plus tendu que jamais, c'est alors que la porte de la cuisine s'ouvrit :

"Voila mon gâteau est fini, il refroidit là, dans dix minutes on pourra le goûter, vous me direz ce que vous en pensez les amis et... Ah des clients ! Bonjour, bienvenu, vous voulez du gâteau ?"

Spoiler:
 

"Moi je pre... AAAAIIE !!!
"La ferme Jack !"

Le petit Josh avait écrasé le pied de Jack pour le faire taire.

"Rico ces gars là c'est pas des clients mais des pirates qui veulent prendre l'argent de la caisse."

Rico fronça les sourcils.

"Ben on peut pas leur donné c'est l'argent de M. Genzo.
-Tout à fait.
-Donc soit vous prenez vos whiskys sans faire de vagues soit vous décarrez d'ici.
-Ah vous voulez la jouer comme ça ? Très bien Jack, Joe vous savez ce qu'il reste à faire.

Le colosse fit craquer ses jointures, l'indien sortir une sorte de couteau de boucher et le petit mis la main à sa ceinture pour dégainer son pistolet à silex. A cet instant Sanjirô se saisit de son bâton dans son dos qui, dans le mouvement se changea en une canne que Sanjirô attrapa par le "crochet" et il "mit en joue" le petit.

"Phahaha ! Tu crois que c'est un fusil !?"

Il dégaina son pistolet à silex et boum, celui-ci lui sauta des mains : la canne c'était allongé avec la vitesse d'une balle de fusil, avait frappé la main du bandit et avec la même vitesse sans s'arrêter était revenue à sa taille initiale. Sanjirô sans coup de semonce "tira" un deuxième coup dans la tête du petit qui hébéter n'esquiva pas et bascula en arrière. C'était le signe de l'attaque. Karim effectua une attaque iai sur l'indien qui la contra au dernier moment avec son couteau mais qui surpris fut projeter dehors. Rico lui se rua sur le colosse et il entamèrent un combat de force brute. Rico avait 13 ans mais il culminait déjà à un peu plus de 2m et il était quasiment aussi large que grand d'après Karim qui n'était pas loin de la réalité. Cette taille il la tenait de son sang de demi-géant et sa corpulence de sa gourmandise. Il n'en restait pas moins ridiculement fort et de ce fait il ne lui fallu pas longtemps pour envoyer le dénommé Jack par la porte également. Sanjirô lui sauta par dessus le comptoir et envoya le dernier rejoindre ses deux copains d'un bon coup de pied.
Les trois malfrats reprenaient leurs esprits tandis que les garçons les attendait de pied ferme à l’intérieur quand ils entendirent une voix grave et familière :


"C'est quoi ce bordel devant mon restaurant ! Vous trois là vous êtes qui ?
-Ta gueule le vieux ! On s'occupera toi juste apr..."

Les trois garçons entendirent un bruit sourd, puis un cri, puis ils virent le corps du petit passer devant l'une des fenêtres et ils l'entendirent atterrir plusieurs mètres plus loin.

"Surveille ton langage sale gamin ! Et vous deux là déguerpissez avant que je m’énerve."

Le vieux Genzô soupira puis entra dans le restaurant... Quelques instants après on entendit jusque dans la rue une de ces célèbres remontrance :

Karim ! Pourquoi les tables sont sales !?


C'est ainsi que Sanjirô grandi, il apprenait la cuisine et les arts martiaux avec son grand père et mettait en pratique cet apprentissage au restaurant aux cotés de ses deux meilleurs amis. Il était heureux et aurait pu vivre comme ça pour toujours mais malheureusement ça ne dura pas.
En effet deux ans plus tard son grand père disparu en laissant seulement un mot où il expliquait seulement qu'ils leur laisser le restaurant à eux trois et qu'il pouvait en faire ce qu'ils voudraient. Pendant un an il s'en occupèrent de la même façon qu'avant Sanjirô étant devenu tout à fait capable de remplacer son grand père au cuisine. Puis Karim eut 17 ans et décida de prendre la mer, seul, pour vivre des aventures, retrouver ses parents et son trône. Et puis l'année suivante ce fut Sanjirô qui eut 17ans.
Il était dans le restaurant aux cotés de Rico et le demi-géant pleurait à chaudes larmes, de grosse larmes, il avait encore grandit d'ailleurs le restaurant avait été aménagé. Sanjirô tenter de le consoler :


"Rico tu savais bien que j'allais partir le jour de mes 17ans. Pleure pas c'est pas un adieu c'est un au revoir, on se reverra c'est promis. Et puis je te laisse pas seul : il y a Mr Moore, Burt, Camelia. Tu va transformer ce restaurant en la meilleure pâtisserie de Logue Town et puis à partir de l'année prochaine toi aussi dés que tu te sentira prêt tu vendra cet endroit et tu partira.
-Non je vais pas le vendre ? Je le donnerais à Camelia, sinon ça serais tricher par rapport à vous."

Sanjirô sourit et se leva :

"Tu as raison, bon aller, je vais pas faire de long adieux sinon je risque de finir comme toi à pleurer. Allez mon vieux t'es un vaillant demi-géant, gaillard, fort, qu'est-ce qu'il dirait Karim s'il te voyait."

Rico renifla, s'essuya les yeux, puis il se leva, il était deux fois plus grand que Sanjirô. Au dernier moment Sanjirô compris ses intentions mais c'était trop tard.

"Non Rico, non tu va me briser les... Ouaaah !!!
-Calin !
-Rico, Rico tu m'étouffe je vais...

Rico le lâcha quand il compris.

"Désolé Sanj', j'ai du mal à contrôler...
-Ta force. Je sais, je sais, d'ailleurs t'es devenu encore plus fort Rico. Bon allez moi j'y vais avant que tu me refasse un coup comme ça. Garde bien la boutique, prend soin de toi et deviens un excellent pâtissier.
-Merci Sanj', bonne chance pour ton voyage. Et si tu croise M. Genzo ou Karim ben tu leur passe le bonjour
-Bien sûr gros béta, tu crois qui vont pas me demander de tes nouvelles ! Allez chus."

Sanjirô sorti du restaurant, alla chercher le vieux chariot de son grand père et parti alors à l'aventure la tête pleine de rêves et de buts comme entre autres retrouver son grand père, découvrir d'ou vient son bâton, et plus simplement découvrir le monde et des rencontrer des gens.

"Avant tout il me faut un bateau."


Techniques :

Citation :
Coup de pied tourbillon :

Type : Ciblée

Description :Coup de pied puissant classique auquel l'utilisateur ajoute un effet tourbillonnant qui a pour effet de projeter la cible en la faisant tourner et d'infliger plus de dégats.

Effet : Peut briser l'os, l'effet tourbillonnant aggravant la fracture.

Citation :
Changement de forme du bâton:

Type : Etat

Description :Sanjirô peut faire prendre à son bâton la forme de n'importe quelle arme de combat au corps à corps (pas d'arc ou de pistolet, mais le javelot oui). Il peut également l'allonger ou le réduire à sa guise. La forme canne permet l'allongement et la réduction la plus rapide (vitesse d'une balle). Les autres sont plus lentes.

Effet : Permet de varier le style de ses attaques et de surprendre son adversaire.

Citation :
Mach Rifle

Type : Ciblée/Zone

Description :Série de coups de pied ininterrompu donné avec une seule jambe. La jambe d'appuis peut se déplacer pour en plus pousser l'adversaire et l'empêcher d'échaper aux coups en reculant. La jambe des coups les donne à une vitesse de 12 coups à la seconde et sur une grande zone. Ce qui empêche les esquives de cotés ou basse. Le saut pour esquiver est également pratiquement impossible. Sanjirô peut également effectuer cette technique en réduisant la zone ciblée et ainsi augmenter la puissance de l'impact (il peut aller jusqu'à se concentrer sur un point précis)

Effet : A bout portant ce coup est très dur à esquiver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Raiden*
A - Capitaine Pirate
A - Capitaine Pirate
avatar

Masculin Messages : 378
Age : 30

MessageSujet: Re: Sanjirô Kukichi (finie)   Jeu 11 Aoû - 13:16

Validé, on imagine que ce baton est lié à toi comme, une vivre card ou quelque chose comme ça

_________________
~J'aime les trucs mignons ça vous pose un problème ? Vous voulez mourir ?~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanjirô Kukichi

avatar

Masculin Messages : 101

MessageSujet: Re: Sanjirô Kukichi (finie)   Jeu 11 Aoû - 20:31

C'est l'idée en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sanjirô Kukichi (finie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanjirô Kukichi (finie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FT d'Amy (finie)
» [Validée]Nagi Souichirou [finie]
» Lia pas finie
» Carmiooro NGC [MAJ finie]
» Andalucia [MAJ finie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Instruments de Navigation :: Fiches Personnage :: Autres fiches-
Sauter vers: