Bienvenue à toi, visiteur(se), si tu ne fais pas encore partie de l'aventure je t'invite alors à nous rejoindre, n'hésite pas à rassembler des informations sur ta future aventure dans notre petit guide :

« A l'aube d'une nouvelle aventure »

Tu y trouveras toutes les informations nécessaire à ta survie sur Grande Line.

Si tu fais déjà partie de l'aventure, je te suggères de reprendre là où tu en étais !

A tout de suite sur les mers de Grand line !


Inspiré de One piece, notre Forum RP t'ouvres ses portes. Pirate, marine, vendeur de ramen, qui que tu sois, oseras tu t'aventurer à travers de nouveaux territoires ?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ayanami Klein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Ayanami Klein    Lun 30 Aoû - 19:29


Klein...............................

...............................Ayanami





.:: Informations globales ::.



Nom: Klein

Prénom: Ayanami

Age: 32 ans

Lieux d'origine: North Blue

Équipage: Takayami Law

Emploi: Officier de la marine

Grade: Vice-Amiral

Thème musical:

.:: Descriptions ::.



Caractère:


A première vue un officier froid et sans pitié, Ayanami est un grand tacticien capable de retourner n'importe quelle situation a son avantage. Il s'agit d'un homme qui accomplira sa mission a tout prix et qui emploiera n'importe quel moyen pour le faire: meurtre, déception, pot de vin, menaces et bien d'autres méthodes qui sont d'ordinaire déconseillées par la marine. Son intelligence et sa manière de faire les choses font de lui un grand manipulateur qui utilise souvent les gens comme de simples outils. N'ayant que très peu d'estime pour la vie humaine, il n'hésite pas a tuer ou a faire tuer et ne s'intéresse a la perte d'un subordonné que dans certains cas très rares.

Prêt a mourir pour sa mission, s'est quelqu'un d'extrêmement fidèle qui a dévoué sa vie a servir le gouvernement mondial. Sa détermination est telle qu'il ne se plaint jamais de douleur physique ou du manque de sommeil (pourtant la plus part du temps il n'a droit qu'a trois heures de repos). Pendant les combats il reste très terre a terre et de marbre, ne laissant pas ses émotions prendre le dessus. Ceci dis en dehors des missions il est rapide a perdre patience et punit souvent des subordonnés irrespectueux ou qui font trop de bêtises. Bizarrement ses subordonnés les plus proches, ceux qui font partie des Takayami Law et qui constituent en quelque sorte sa garde personnelle, bénéficient de plus d'indulgence et même parfois d'une certaine protection et estime.

Son visage n'affiche jamais d'émotions si ce n'est la haine qui peut se lire dans ses yeux a toutes heures de la journée et surtout lors des missions. Le ton de sa voix et comme son visage presque monotone mais il sait mettre l'intonation sur les bons mots pour plier les esprits. Étant très froid et silencieux, sa présence est souvent jugée désagréable mais cela l'importe peu. Il sait qu'il inspire plus la peur que le respect auprès des soldats et que la majorité d'entre eux le considère comme un monstre mais encore une fois ne s'en préoccupe que rarement puisqu'il a les Takayami Law qui arrivent a le supporter de manière exemplaire. Il reste poli la plupart du temps mais cela peut changer si quelqu'un aborde son passé qui est un sujet tabou qui l'énerve, c'est pour sa qu'il est gardé secret et que personne a part les hauts gradés de la marine ne le connaisse.

A part pour ses subordonnés proches, Ayanami a également un faible pour les pommes rouges et ses deux panthères qui lui servent comme animaux de compagnie (se sont les seuls animaux a ne pas avoir peur de lui) et optionnellement de soldats supplémentaires. Bien que son affection soit difficilement perceptible elle est la, même si aux yeux du reste du monde elle s'apparente parfois a du sadisme.



Physique:

Ayanami semble être plus jeune que ses 32 ans. Mesurant un mètre soixante dix huit, il pèse 65 kilos et bon nombre d'entre eux sont répartis dans ses muscles! Grâce a sa détermination il a pu suivre des programmes d'entrainement spéciaux au sein de la marine qui bien qu'éprouvants eurent leurs effets. Ayanami tira de ses entrainements un corps de combattant d'élite ainsi qu'une force tout simplement monstrueuse.

Sa musculature développée mais pas pour autant imposante est complétement dissimulée sous son uniforme de militaire le faisant ressembler a un homme normal voir même maigrichon. Ceci a été en partie fait exprès pour tromper ses ennemis dans un faux sens de sécurité. L'uniforme est noir et décoré de détails en fils dorés, la couleur de la tenue crée un contraste avec la peau d'Ayanami qui est pale, presque blanche. Il porte toujours sa casquette militaire qui est assortie avec le reste de l'uniforme. Il porte également des gants blancs.

Son menton et son nez sont pointus lui donnant un visage particulier. Des cheveux qui varies du blanc au gris a l'argenté viennent ajouter a l'excentricité des ses yeux violets qui rappel intensément ceux d'un serpent a cause de leur pupille allongée.
Ayanami se tien toujours droit comme un I, mettant en valeur au passage les divers signes qui témoignent de son rang.
Il se déplace souvent les mains derrière le dos et dégage une forte aura d'autorité.

Pour ceux qui ne connaissent pas son caractère, son physique leur donne l'impression d'un héros de guerre comme ceux qu'on reconnait sur les statues et d'un homme modèle qui incarnerait la droiture et la justice.

Ses deux panthères (Grimjaw, le mâle et Fang, la femelle) sont deux merveilleuses créatures au pelage noir resplendissant. Leur yeux jaunes brillent dans le noir, faisant souvent peur a quiconque les rencontrerait dans un lieux sombre a une heure tardive.



.:: Histoire ::.



Histoire :


Chapitre 1: Okaeru...shinigami!


Dans une contrée de North Blue...


Citation :
A l'attention de boss-sama,

Notre espoir! Je t'écris cette lettre au prix de la vie de mes derniers camarades. Le temps nous est compté et notre futur disparu. Je vais essayer, de mon mieux, de te transmettre les derniers mots de ces hommes qui sont morts pour ta cause, pour la liberté! On veut que toi et les autres membres de l'armée révolutionnaire continuiez le combat, versiez votre sang jusqu'à ce que la tache soit accomplit, a fin que notre sacrifice ne soit pas vains. Ce gouvernement qui règne sur nos vies depuis si longtemps et qui a changé le monde a tout jamais, nous te demandons de le faire disparaître!Nous sommes fiers d'être mort sous tes ordres. Et nous sommes aussi éternellement reconnaissant que tu nous a donné l'occasion de nous battre pour la liberté. Car sans toi, beaucoup de nous seraient resté des pions du gouvernement, resté aveugles face a la vérité des choses et bien pire encore, beaucoup d'entre nous moi même inclût, serions resté des esclaves sans futur et sans droits.
Je suis Gondo Tartz, second de Melhetz Barrow, responsable de la 16eme branche, basée sur l'île Abraxis. Comme demandé nous avons commencé les procédés de recrutement méticuleusement et dans la plus grande discrétion. Cependant il s'est avéré qu'un espion du gouvernement avait intégrer notre groupe lors du recrutement précédent et maintenant il nous a montré son vrai visage en nous piégeant sur cette île ou nous sommes entouré par la marine. Nos vies condamnées, nous avons retrouvé et tué le traître, perdant des camarades mais conservant notre honneur. Nous avons laissé toutefois le gros du groupe dans un des repaires avant de tenté cette opération.
Quand nous somme retourné auprès de nos amis nous avons compris que s'était une grave et irréparable erreur. Le repaire avait été attaqué pendant notre absence... A notre retour il ne restait plus que des corps laissés en avertissement a tout ceux qui oseraient rejoindre l'armée rebelle. Nos nakamas... Ce qu'ils leur ont fait... Tellement horrible que je ne peut te le décrire... J'ai trop peur... J'ai trop mal.
On n'a même pas eu le temps de les enterrer, les hommes du gouvernement était toujours a nos trousses. Nos repaires découverts notre seul option fut de nous réfugier dans la capitale de l'île, Oborlo. La bas nous avons vu pour la dernière fois, avec déception et dégoût comment les hommes se font manipuler par le gouvernement. Des partisans disparaissaient tous les jours. On ne pouvait loger tous dans un seul endroit et ainsi on couchais dans des foyers qui avaient la gentillesse et les tripes de nous accepter. Mais chaque jour quelqu'un ne répondait plus a l'appel. Avec horreur nous découvrîmes que des gens avec qui on avait collaboré pendant plusieurs mois, avaient tourné leur veste, effrayés par des menaces ou pire encore séduit par la promesse de l'argent. Ceci ne fit que renforcer nos croyances et nous prouver que notre cause était vraie, que notre cause était juste! Que nous allions pas mourir pour un rêve, pour un mensonge!
Hélas les disparitions quotidiennes de nakamas ne furent pas la seule chose a nous confirmé la gloire de notre cause. Il y a cinq jours maintenant, Oborlo a été mise a feu et a sang par les mêmes hommes du gouvernement qui était supposé protéger sa populace de nos agissements. J'ai honte de t'écrire cela et prétendre avoir encore une once d'honneur... S'était notre faute. Les soldats ont posté des affiches sur tous les mur de la ville un matin. Ils nous demandaient de nous rendre ou ils allaient massacré la population. Bien entendu quand les citoyens eurent vent de cela plusieurs révoltes ont eu lieux et beaucoup essayèrent de s'enfuir. Nous regardions avec impuissance et terreur les soldats qui exécutaient les fauteurs de troubles et les fuyards en signe d'avertissement. Cette nuit fus la plus terrible de toutes. S'est celle ou l'on nous a trahis le plus, car toute personne aidant un révolutionnaire ou ayant connaissance d'une personne aidant un révolutionnaire et ne révélant pas cette information aux soldats était garanti la peine capitale. La trahison ne fut pas notre seule source de pertes cette nuit. Et si moi même j'y ai survécu c'est pour te compter la gloire de ces hommes libres. La majorité de notre groupe qui avait survécu jusqu'à présent, s'est rendu selon les ordres du gouvernement pour sauver la vie des habitants d'Oborlo. Tous ces hommes digne du nom, sont morts. Ils sont morts car ils ne pouvaient pas continué a vivre en ayant sacrifié autant d'innocents. Moi même je trouve se fardeau insupportable et bien plus terrifiant que la neige qui barre constamment notre route ou les balles qui viennent nous délivrer un par un. Car la mort et la seule libération que l'on va connaître dans cette terre. Je ne vais pas souiller le sacrifice de ces hommes en mentant. Je ne les ais point rejoins dans leur heure de gloire. Car j'avais peur, peur de mourir, peur que rien de ce que nous avions fait ait de l'importance. Et c'est a ce moment la, au milieu de toute cette peur et cette haine, que nous nous rappelâmes que nous sommes humains. De minuscules, insignifiants, fragiles êtres humains. Et que s'était précisément a cause du fait que nos vies soient si courtes et fragiles, qu'il était important que nous les vivions libres! Tout dans nos derniers moments nous rappelait la justice de notre cause et personne ne quitta ce monde regrettant de l'avoir servie. Seuls moi et 6 autres hommes avons survécus a cette nuit. Comme moi ils avaient peur de mourir. Au lieu d'être tuer sur le champ pour notre couardise, nous fument pardonnés et renvoyé loin de la ville, en sécurité, par des sourires et des larmes. En y repensant je réalise maintenant une chose a laquelle j'avais pas pensé alors: ils ne faisaient que nous devancer. Pour essayé de justifier notre survie, nous leurs avons promis de t'écrire cette lettre qui contient leurs pensées et l'histoire de leur derniers moments. Malheureusement notre survie marqua a notre plus grande horreur, la fin d'Oborlo qui fut détruite par ce que quelqu'un a décidé qu'il manquait 7 révolutionnaires et que les habitants les cachaient. En essayant de me repentir auprès de mes nakamas, de toi et de dieu, je tiens ma promesse et t'écris cette lettre. J'espère qu'elle te parviendra et que le jour ou le monde sera de nouveau libre est proche!

HONTONI ARIGATO




Gondo regarda la lettre une dernière fois avant de la plier et de la sceller dans son enveloppe. Ses larmes ruisselaient le long de ses joues et il laissait échappé de petits gémissements qui rappelait en enfant blessé qui n'a pas arrêté de pleurer pendant longtemps. Il se lève du petit bureau et fait mine de sortir de la chapelle. Il se rapproche de la porte mais ne parvient pas a l'ouvrir. Les coups de feux qu'il entendait auparavant ont cessés. Ses compagnons ne sont pas les vainqueurs, si ils l'étaient ils seraient déjà revenu le prévenir... et qui peut vaincre une armée avec six hommes? Gondo est terrifié, il sent son heure venir. Alors que ses larmes continuent a couler a flots et que sa respiration devient hasardeuse il parvient a rassembler ce qui lui reste de force et de courage. Il ne peut pas se résoudre a traverser cette porte pour lui même. Si il le fait la seule chose qui l'attend de l'autre coté est la mort. Il va la traverser au nom de ses camarades, au nom de la liberté! Il va ouvrir cette porte et courir! Courir et courir sans regarder derrière soit, courir même si ses jambes sont touchées par les balles. Courir et arrivé a la mer! La bas il va chercher une barque ou si il le faut il nagera jusqu'à Shinta pour lui délivrer cette lettre. Il parvient finalement a poser la main sur la poignée de la porte de la petite chapelle. Il continu a trembler tout entier mais il va le faire. Un.... Deux... TROIS!

Gondo ferme ses yeux, ouvre la porte et fonce vers la plaine enneigé. Il ne fait plus de deux pas et tombe par terre. Il avait heurté quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Sous le choc et la douleur il ouvra petit a petit ses yeux et vit l'homme dans lequel il était rentré le regarder de haut avec des yeux remplis de haine et de colère. L'homme, Gondo, la chapelle entière a la lisière de la foret était entourée de soldats qui le tenait a joue avec leur fusils. L'homme au regard de démon lui adressa la parole. Gondo n'osait même plus se relever. Il s'était mis sur son derrière et faisait un retraite vers l'arrière afin de partir le plus loin possible de cet homme.


'' Tu as finalement décidé de sortir. Je m'apprêtais a venir te chercher moi même mais ton impatience de mourir semble m'en avoir épargné la peine. Mais qu'est ce donc cette chose que tu tiens si fermement dans ta main? ''

Gondo pleurait de plus belle, il était arrivé de dos jusqu'à la porte de la chapelle mais paniquant devant l'homme qui se rapprochait de lui, il ne réussit pas a l'ouvrir. Dans sa main serrée frénétiquement, par terreur plus que par honneur, se trouvait la lettre des morts glorieux. L'officier arrivé devant lui, Gondo lui tendis la lettre d'une main tremblante et misérable pendant que son visage se déformait par ses larmes de lâcheté.

'' Prenez la seigneur! Prenez la mais par pitié épargné ma vie! J'ai une femme! J'ai des enfants! ''

L'officier leva un sourcil amusé. La seconde d'après un cri de douleur assourdissant se fit entendre et la main de Gondo qui tenait la lettre voltigea un moment dans les airs avant de venir teindre la neige de son sang. Gondo hurlait et s'était littéralement pissé dessus. Il essaya de se lever puis fuir. Un une fraction de seconde les ses deux jambes connurent la même fin que son bras. Gondo se trouva a même le sol gelé a hurler de plus belle. Tournant son dos a l'officier il essaya de s'échapper en rampant en utilisant le seul bras qui lui restait.

'' PITIE! PITIEEEEEEE!!!! ''

'' Tu as une famille et tu les a quitté pour venir ici jouer au révolutionnaire? Tu mérite vraiment le sort qui t'attend. Tu sais a cause de ton obstination inutile a survivre j'ai du rester ici plus de jours que prévu et je suis très énervé. Tu vois mes hommes et moi étions sur notre chemin de retour quand l'ordre de mission vous concernant nous est arrivé. Tu as une idée de quoi on revenais? ''

'' PITIE! PITIEEEE! KAMI SAMA! PITIEEE! ''

L'homme en uniforme qui suivait Gondo sans problèmes vu qu'il faisait du un a l'heure, lui planta son sabre dans le dos de la main restante la clouant dans la terre froide. Ceci en maintenant l'expression la plus calme du monde.

'' PITIEE! JE NE VEUT PAS MOURRIR! ''

'' Je vais te le dire. Nous étions entrain de revenir de la guerre. As tu déjà ne serait ce que vu une guerre? ''

'' AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!! ''

'' Visiblement non. ''

L'officier dégagea son épée faisant de nouveau gémir Gondo. Le pauvre homme s'était vidé de la quasi totalité de son sang et le fait qu'il était encore vivant, bien que déshonorant, était tout a fait admirable. Des yeux naïfs auraient vu une volonté de vivre exceptionnelle, des yeux entraînés auraient vu les coupures parfaitement précises et nettes qui valaient a se pauvre bougre sa mort lente et douloureuse.
Le soldat rengaina son épée et donna un coup de pied dans Gondo pour le retourné de manière a ce qu'il le regarde dans les yeux.


'' Et ce document que tu tenais s'était quoi? Une lettre d'adieu a ta famille? Un rapport? Pas la peine de me répondre. Tu sais pourquoi? Par ce qu'elle n'arrivera jamais a son destinataire. Jamais personne ne saura que vous êtes morts ici. Jamais personne ne saura que vous aviez existé. Personne n'aura vent de votre lutte futile et condamnée. Personne ne saura que vous avez terrorisé le monde. Que vous avez essayé de répandre le chaos dans un monde de paix. ''

'' NOOON!!! NOOOOOOOOOONNNN!!!! AKUMA! AKUMAAA! AAAAAKUUUMMM.... ''

La tête de Gondo roula sur la terre humide de son sang avant de s'arrêter un peu plus loin la bouche toujours ouverte.

'' Urusai. Tu es trop bruyant. ''

Le soldat nettoya et rengaina son arme avant de s'adresser a ses confrères.


'' Notre travail ici est terminé. ''

Un des soldats se détacha du reste et rejoignit l'officier qui était déjà entrain de partir. Ces cheveux argentés n'étaient pas si différents de la neige qu'il foulait.

'' Quels sont vos ordres Ayanami-sama? ''

'' On rentre a Grand Line, il s'y passe des choses. ''



Chapitre 2: A long long way from home...


Ayanami et ses hommes rentraient finalement a Grand Line après plusieurs années passées a l'étranger. Des années passées dans des territoires hostiles entrain de combattre les ennemis du gouvernement. Des années passées dans des banquises et dans des déserts, des années passées a se battre contre des armés d'opposants. Tout ca sans aucun signe a l'horizon que leur périple allait se terminer un jour. Bien qu'ils soient des marines loyaux au gouvernement ils semblaient être condamnés a passé une éternité a le servir en première ligne, sur le front des batailles les plus dangereuses. Pour Ayanami ceci n'était pas un problème, bien au contraire s'était le meilleur moyen pour lui de servir le gouvernement mondial. Ce pendant tous les soldats ne pensaient pas comme ca. Quand l'armée pour sa mission initiale avait été formée, Ayanami avait spécifiquement demandé qu'elle soit constituée de soldats sans familles et sans maison a laquelle ils pourraient retourner. Malgré cette demande il s'était quand même retrouvé avec des gens qui avaient six ou sept enfants. L'usure des batailles, le regret, et le désir de retourner chez soit rendaient les hommes d'Ayanami moins efficace dans leur tache et ceci avait finis par ce faire ressentir. Heureusement il n'y avait pas que des gens désespérés et des mauviettes dans cette armé. Il y avait également la garde personnelle d'Ayanami. Constituée de personnes qu'il avait lui même recruté pour leur capacités. Ce petit groupe d'élus étaient les seuls a ne pas être dispensables aux yeux du commandant. Le reste de l'armée était un outil presque bon a jeter après utilisation.
S'était donc pour eux qu'Ayanami avait décidé de rentrer a Grand Line, bien sur ca ils l'ignoraient presque tous. Bien entendu il était hors de question de laisser tout le monde devant la porte de sa maison... Leur destination était plus précisément Marine Ford le QG de la marine. Ce n'était pas exactement leur maison mais s'était un endroit ou tous pouvaient se reposer en paix. En plus les troupes n'osaient jamais se plaindre quand ils étaient la bas.
Sa faisait six ans qu'il était parti en mission perpétuelle avec ses hommes. Les missions s'enchaînaient a une cadence folle. Pendant un moment certains on eut même des doutes que le gouvernement voulait les garder le plus loin possible ou voulait tout simplement les tués en les envoyant tout le temps en première ligne. Ayanami était au courant de ces rumeurs et savait même qu'elles pouvaient êtres vraies. D'un autre coté ca n'avait pas beaucoup d'importance, lui était contant de leur situation. Malheureusement l'épuisement de ces six années faisait son effet sur les troupes, mêmes les élites avaient besoin d'un peu de repos. Manifestement le gouvernement restait fidèle a lui même et continuait a leurs envoyé des missions qu'ils pourraient effectuer sur le chemin du retour. Cette fois il était clair que le but de quelqu'un était de les retarder le plus possible. Mais pourquoi? La réponse ne tarda pas a apparaître dans les journaux: des batailles avaient lieux dans diverses bases de la marine sur Grand Line, le G1 avait été la base la plus touchée. Si les gens d'Ayanami n'étaient pas aussi loin quand ils ont reçus l'ordre de rapatrier les forces au G1 les choses auraient pu se déroulées différemment lors de cette bataille. Ce qui était fait était fait, dans le pire des cas ils prendraient leur vacances tout en bossant sur Grand Line.
Ayanami se remémorait ces six dernières années quand le soldat aux cheveux argentés rentra dans son wagon.


'' Ayanami-sama. Nous avons de nouvelles directives. ''

L'officier continua a regarder par la fenêtre le paysage qui défilait devant ses yeux. Après tout ces nouvelles n'étaient guère originales.

'' Nous devons nous arrêtés a la prochaine station et nous diriger vers le royaume Rosenburg afin de renforcer les forces qui y combattent en ce moment. ''

Ayanami se retourna finalement pour faire face au jeune homme.


'' Quelle est la situation? ''

'' Rosenburg est un pays dirigé a la fois par son Pape et son Roi. Grâce aux forces déjà présentes depuis quelques mois le roi est mort. Il ne reste donc que le Pape pour diriger les forces qui opposent le gouvernement. ''

'' Es tu entrain de me dire qu'une armé de marines ne peut pas descendre un vieillard en robes? ''

'' Il se trouve que que le Pape se soit fortifié dans la plus grande cathédrale du pays. Ceci poses deux problèmes a nos forces. Premièrement la cathédrale s'est transformée en forteresse redoutable qui en ce moment même contient tout ce qu'il restait comme armée organisée a Rosenburg. Notre deuxième problème est de nature morale. Nos hommes refusent d'envahir la cathédrale car ils ont peur que la foudre de dieu s'abatte sur eux. En plus il reste toujours des moines et des citoyens a l'intérieur et leur faire du mal serait également provoquer la colère divine.''

'' Le rapport de forces? ''

'' Environ deux cents marines sont sur place. Selon les informations données par le QG, le nombre d'ennemis est de 100 a 150 personnes. ''

'' Une victoire facile. ''

'' Quels sont vos ordres Ayanami-sama? ''

Ayanami resta pensif un moment avant de répondre.

'' Vous allez continuer vers Grand Line sans en informer Marine Ford. Vous allez passer par la ligne 7 qui est la moins surveillée par les marines. Essayez d'arriver jusqu'à Marine Ford sans vous faire remarqué. Si cela ne marche pas vous recevrez sans doute de nouveaux ordres. Faites les moi parvenir et je vous rejoindrai a l'endroit désigné pour la mission. ''

'' Mais! Et vous qu'es ce que vous allez faire? ''

'' Je vais descendre avec une cinquantaine de nos hommes a la prochaine station et m'occuper de cette mission comme instruit, seulement cette fois je ne dirai pas au gouvernement quand es ce que la mission est finie. Ils croiront qu'on est toujours coincés ici, sa devrait être une couverture suffisante pour que vous puissiez vous faufiler a travers la ligne 7. ''

'' Ayanami-sama! Laissez moi venir avec vous! ''

'' Tu as tes ordres Sper, ne me fait pas les répétés et transmet les aux autres. Si les troupes deviennent trop bruyantes pendant votre traversé de Grand Line vous avez le droit d'en dispenser. ''

Sper fit un ferme salut militaire avant de quitté ce compartiment du wagon pour allé retransmettre ces ordres a ses camarades qui étaient dans le compartiment d'à coté.
Une heure plus tard les soldats et l'officier débarquaient du train. Rosenburg était a deux jours de voyage de la ou ils se trouvaient.


'' Que quelqu'un nous trouves des chevaux ou un autre moyen de transport. C'est l'état qui paye donc prenez quelque chose qui tiennent la route. Les retardataires seront laissés ici. Vous avez trois heures. ''

Les hommes entendirent les ordres et s'exécutèrent. Le visage toujours sérieux de leur commandant leur laissait peu de choix. La gare a laquelle ils étaient descendu était perdue quelque part dans les montagnes de Red Line. En recrutant des chevaux des villages voisins ils devraient êtres capables d'arrivé jusqu'à la mer en un jour. Ensuite ils allaient se procurer un bateau et faire la journée de voyage supplémentaire jusqu'à l'île de Rosenburg. Ayanami pouvait voir a l'horizon des nuages noirs qui présageaient une tempête violente en mer. Mais qu'es ce qu'une tempête de West Blue quand tu a survécu a des bien plus destructrices a Grand Line? Rien! Aucun amas de pluie, de vent ou de vagues allaient les retarder d'avantage! L'officier interpella le premier soldat qu'il trouva.

'' Choisis le meilleur des chevaux que tes camarades ont rassemblé et part en avance vers le port. Une fois sur place tu nous trouvera un grand navire capable de traverser cette tempête. ''

Ayanami déposa une bourse bien chargée entre les mains du mousse. Le mousse hésitant posa une question qui le tourmentait.

'' Ayanami-sama....Vais-je être... accompagné...? ''

L'inquiétude du mousse était justifié, d'habitude quand de l'argent était confié a quelqu'un auquel Ayanami n'avait pas confiance, ce dernier l'obligeait d'être escorté par deux gardes bien spéciaux qui étaient chargés de vérifier que personne n'essaye de s'échapper avec l'argent qu'on lui aurait confié pour une mission.

'' Non, tu as de la chance. Mes animaux de compagnie sont toujours sur le train avec le reste des troupes. Tu es libre comme l'air de t'échapper avec cet argent, si tu n'as pas une famille qui t'attend quelque part... ''

Le mousse choqué, fit son salut militaire avant de partir a tout allure pour compléter sa tache.
Quand les trois heures du délai s'étaient écoulées, tout était prêt. En plus des chevaux demandés les marines s'étaient également procuré quelques provisions nécessaires. La première partie du voyage se déroula sans problèmes et la nuit tombée le groupe était déjà arrivé a la ville portuaire qui allait leur servir comme point de ravitaillement. Le mousse qu'Ayanami avait envoyé avait effectué parfaitement sa mission, ainsi un navire solide les attendait sur un quai.


'' Vous avez une heure pour charger le navire avec les provisions et vous reposez. On partira pour Rosenburg a la fin de ce délai. ''

Une certaine déception était lisible dans les visages des marines présents. Ils auraient tous aimé avoir une soirée de repos après avoir passé tellement de temps sur le dos d'un cheval. La météo s'annonçait mauvaise et les habitants de la ville leur avaient dis que sa pouvait qu'empirer. Les soldats entendirent leur verdict dans le plus grand silence, ils avaient servi longtemps sous se commandant d'enfer et n'avaient aucune envie de quitter ce beau monde maintenant après avoir subi bien pire pour parvenir jusqu'ici. Les préparations finies, ils prirent la mer comme prévu.

'' Nous accosterons demain a la plage la plus proche de la cathédrale. ''

L'heure était tardive et tous ceux qui n'étaient pas de garde avaient disparu au tréfonds du navire en quête d'un repos bien mérité. Ayanami s'était également retiré dans les appartements du capitaine ou il était désormais seul, assis derrière un bureau de chêne. La pièce était éclairée a l'aide d'une bougie posée sur le bureau et le seul son audible était celui des gouttes de pluie qui venaient s'écraser contre les vitres de la cabine. Prêt de la bougie se trouvait un grand bol contenant des pommes rouge et un peu plus loin il y avait une petite boite musicale couverte de détails dorés. Par endroits ce petit chef d'œuvre avait perdu sa peinture et portait quelques traces d'égratignures. Ayanami saisit une pomme qu'il entama avant de mettre en marche la petite boite. La mélodie qui en sortait était la seule chose qui lui restait de son enfance.



Chapitre 3: Kioku.


Il était une fois une petite famille de quatre qui vivait sur une île de North Blue. Cette petite famille était comprise de la mère, du père, d'un petit garçon et d'une petite fille. Ils vivaient tous heureux dans leur maison un peu a l'écart d'une ville et prêt d'un lac. Le sourire affectif de leur mère, la chaleureuse figure de leur père et le paysage enneigé étaient les trois trésors que les enfants chérissaient le plus au monde. Rien que ces trois éléments étaient suffisants pour les rendre heureux. Pourtant cette famille n'était pas spécialement riche: les enfants allaient a l'école comme tous les autres et vivaient leur vies comme tous les autres, la seule plainte qu'ils auraient pu avoir serait celle du manque de jouets par rapport aux entre enfants de la ville. Mais même cette petite plainte les parents ne l'entendirent jamais. A un moment ils crurent même que leur enfants manquaient cruellement d'ambitions mais se doute les quitta rapidement quand leur fils leur annonça qu'il voulait devenir président de l'île. Au final ils étaient juste trop jeunes, le garçon avait 7 ans et la fille 9. Ils avaient toutes leur vies devant eux pour choisir leur futurs carrières! Leur parents comme dans toutes les bonnes familles, veillaient a leur éducation et a leur santé. Tous deux s'étaient mis d'accord sur l'importance de la dite éducation car elle était crucial pour leur survie sur l'île quand ils seraient grands. Normalement c'est la même chose partout me diriez vous mais cette famille était un cas a part. S'était une famille d'origine noble, la famille du père tout du moins. Celle de la mère était constituée de simples paysans et comme on pouvais s'y attendre l'annonce de leur union provoqua de mauvaises réactions chez la famille du père. Cette fois s'était la goûte qui faisait déborder le verre. Pendant toute sa vie il s'était forcé de suivre le code des nobles et toutes ces bêtises avec lesquelles il n'avait jamais été d'accord. Il obéissait en silence et faisait ce qu'on lui disait. Mais la seule fois ou il décida quelque chose pour lui même, la seule fois ou motivé par le plus pur des amours il déclara ses intentions a ses propres parents...ceux-si décidèrent que son comportement était inacceptable et irrationnel. Cette déclaration leur valu un serment de première classe et l'abandon de la famille par leur fils. S'est ainsi que le père perdit ses titres de noblesse et ses richesses. La mère bien sur approuvait de ses actions et était même très fière de son mari qui était un homme honnête et courageux. Car soyons francs, il ne faut pas avoir froid aux yeux pour laisser une cage dorée au profit d'un ciel orageux et d'une terre gelée. Tous les deux étaient content du déroulement des événements et cela dura longtemps. Toutefois quand leur petite fille vis le jour quelque chose tiqua chez le père. Il n'était pas sur de ce que s'était et n'en pu s'en apercevoir que plus tard avec la naissance de leur fils.

Ce fils fut né une nuit d'hiver particulièrement sombre. Une tempête de neige et de gros nuages bloquaient le ciel ne laissant aucune lumière les traverser: ni les étoiles, ni la Lune semblaient être la. S'est a cause de ces conditions météorologiques que le déclic a eu lieux chez le père. Plus précisément il se rendit compte de ce qui le tourmentait quand on lui fis la remarque que ''s'était pourri de naître un jour pareil''. Cette affirmation débloqua les pensés du père. Il avait peur. Peur que les vies de ses enfants soient marquées par ses actes. Si il n'avait pas quitté ses parents il ne manquerait jamais rien a ses enfants tandis que maintenant avec le nouveau arrivé leur situation économique n'était pas des plus enviables. Il avait peur que le futur de ses enfants soit aussi sombre et pourri que cette nuit d'hiver.
Cependant comme il l'avait déjà prouvé a plusieurs reprises, cet homme n'était pas un défaitiste. Il trouva un deuxième travail et ainsi parvint a combler les besoins de sa famille. Il restait toutefois important que les enfants reçoivent une bonne éducation pour trouver eux aussi facilement du travail par la suite car l'ancienne famille du père était prête a leur mettre les bâtons dans les roues aussi vite que possible. Mais les enfants ne savaient pas tout ca. Ils savaient seulement que jadis leur humble famille appartenait a la noblesse...



Chapitre 4: Terre sacrée, le domaine de Dieu!


Ayanami dormait paisiblement sur sa chaise quand un mousse vint frapper a sa porte pour lui annoncer leur proximité a Rosenburg. L'officier se leva puis saisit une deuxième pomme avant de quitté ses quartiers pour rejoindre le pont et jeter un coup d'œil a Rosenburg et a sa cathédrale.




Le soleil allait bientôt se lever et pourtant la luminosité restait plutôt mauvaise. La tempête qui faisait rage toute la nuit s'était calmée ainsi que la pluie qui était désormais très douce. Quand le navire s'approcha assez de l'île et que les détails de la cathédrale furent visibles Ayanami changea les ordres qu'il avait donné la veille. Au lieu d'aller accoster a la plage la plus proche ils allaient monté directement jusqu'à la cathédrale avec l'aide d'une plate-forme/ ascenseur qui était visible sur la parois de la falaise sur laquelle trônait le bâtiment. Le seul problème était que le mécanisme de cette machine était contrôlé par les forces qui occupaient l'endroit et manifestement ils avaient pas été assez bêtes pour la laissée au niveau de la mer. Le temps de trouver une solution, Ayanami donna l'ordre que tout le monde sur le navire se prépare a l'assaut. Il demanda également quelques informations supplémentaires comme l'état des troupes qui assiégeaient la cathédrale de l'autre coté.
Un blocus de la voie maritime avait été également mis en place avant leur arrivé pour empêcher quiconque de s'échapper par la mer...ceci pouvait jouer en leur avantage. Le navire sur lequel était arrivé l'officier n'avait aucune sorte d'armement puisqu'il était prévu pour de simples voyages, ce n'était pas le cas des autres navires si présents qui fidèles aux standards de la marine étaient bien équipés en matière de canons. Cet élément était également en leur faveur vu que les gens de la cathédrale semblaient avoir aucune sorte d'arme a longue portée. S'était a se demander pourquoi toute cette affaire n'était pas déjà réglée...peut être a cause des questions morales que les soldats se posaient. Oui s'était certainement le cas. Et bien cela allait changé maintenant! Une réunion rapide eu lieux sur le navire et tous les officiers de la marine impliqués dans cette histoire se présentèrent pour écouté le plan d'attaque. Ayanami ne se fit pas attendre et exposa la stratégie qu'il avait mit en place. Quelques marines allaient utiliser des grappins pour monté jusqu'au bâtiment et faire descendre la plate-forme jusqu'à la mer. Le problème était que bien que leur opposants n'aient pas de canons ou d'armes de la sorte, ils avaient quand même des fusils et risquaient de rendre la vie difficile aux marines chargés d'escalader les 200 mètres de falaise. S'est pour ca que cette randonnée allait être effectuée sous la couverture des tirs de canons. Quand la plate-forme serait accessible Ayanami et ses troupes monteraient dessus pour accéder a l'arrière porte de la cathédrale tandis que les forces situées de l'autre coté lanceraient un assaut simultané.

Ce plan souleva plusieurs plaintes qui pouvaient être regroupées dans deux catégories. Il y avait les officiers qui refusaient d'attaquer la cathédrale a cause de raisons d'éthique et par peur de la colère divine, et il y avait ceux qui refusaient d'envoyer leur hommes exécuter une mission aussi périlleuse.
Dans des conditions normales Ayanami aurait réduit a silence voir a néant la première catégorie. Hors comme il était relativement pressé il opta pour la deuxième solution qui était celle du regard noir. Cette solution marchait toujours a merveille, sa réputation le précédait dans le coin et tout le monde savait que justement ce regard était le précurseur de leur mort imminente si ils ne se pliaient pas rapidement a la volonté du commandant. Chose qu'ils ne manquaient jamais de faire... Il fut également décidé que ce soit les hommes reposés d'Ayanami ceux qui devraient faire descendre la plate-forme. Ainsi personne n'avait plus de plaintes, ou tout du moins des plaintes qu'il oserait exprimer. Le message passé les officiers regagnèrent leur postes et l'opération commença.




Les canons de la marine firent feux pour obliger les gardes a l'extérieur de la cathédrale de s'y réfugier, laissant les commandes de l'ascenseur au premier venu. Les grappins mis en place les soldats partirent pour leur difficile mission. Pour l'instant les bâtiments de la marine s'appliquaient pour toucher la cathédrale et non la falaise que les malheureux essayaient d'escalader mais rien ne garantissait qu'un boulet ne pouvait pas aller de travers. Ici viennent encore une fois les avantages de servir sous quelqu'un sans pitié. Après avoir combattu dans la toundra, après avoir servi de leurre et de chaire a canons, il fallait avouer que cette mission leur semblait banale voir facile. Les années de combat avaient différencié les meilleurs des plus faibles, et les meilleurs s'était ceux qui restait! De plus, sachant qu'ils allaient bientôt toucher leur retraite (car elle vous est donnée beaucoup plus rapidement si vous servez dans des zones dangereuses et que les périphériques d'Ayanami étaient considérés des zones dangereuses), les soldats semblaient être plus motivé que d'habitude. Sans doutes a cause de ce sentiment que chacun ressent quand il sait qu'après un effort final il aura droit au repos. En tous cas le résultat était que les marines avaient atteint leur objectif et que la plate-forme commençait a descendre.
Les occupants de la cathédrale a la vue de cela, sortirent affronter les marines malgré les tirs de couverture des canons. Leur adversaires semblaient être encore une de ces bandes de gens qui refusent de subir les conséquences de leur action, d'ailleurs le fait même qu'ils se soient fortifié dans un endroit pareil venait renforcé cette théorie. Ce n'était pas la première fois que quelqu'un qui a enfreint la loi ou qui s'est couvert de pêchés, venait demandé la protection et le pardon de dieu. Pour Ayanami cette forteresse peu pratique ressemblait plus a une cabane perchée sur un arbre ou des enfants iraient se cacher qu'a autre chose. Toute cette comédie allait prendre fin bientôt. La plate-forme les avait déjà atteint et les reste des troupes de la marine montaient dessus, Ayanami les rejoignit et donna l'ordre qu'on les fasse monter. En haut la bataille faisait rage. Les marines commandos se battaient contre les gardes qui essayaient de reprendre le contrôle de la machine tandis que de l'autre coté de la cathédrale on pouvait entendre les cris du gros de l'armé des marines qui chargeait finalement comme prévu.


Pendant que la plate-forme remontait, des corps inertes et des morceaux de mur leur tombaient dessus. Pour les corps ils s'en foutaient un peu mais les murs de la cathédrale étaient lourds et il fut décidé que les marines les pousse jusqu'à la mer afin d'éviter que la plate-forme soit surchargée et arrête de monter...ou pire encore commence a redescendre. Le plan se déroulait a merveille, les marines commandos avaient eu des difficultés avec l'arrivé des gardes mais leur propres renforts réglèrent la situation rapidement. Les marines étaient finalement devant les portes de la cathédrale. Un malaise se faisait de nouveau ressentir parmi les soldats.


'' Ceci est un ordre direct du QG. Vous devez tuer tout le monde a l'intérieur de ce bâtiment! Se sont des ennemis du gouvernement mondial et de la marine. Si il y en a toujours qui ont des doutes... la falaise est juste derrière vous. ''

Laissant ses hommes s'occuper des derniers marines hésitants, Ayanami rassembla les officiers qui étaient montés avec lui.

'' Messieurs la partie risquée est terminée. Nous entrons maintenant dans la phase du vrai combat. Aucune défaite a partir de maintenant n'est acceptable. Nous allons faire sauter la porte comme prévu et nos troupes envahirons cette forteresse de pacotilles. Je vais partir directement a la recherche du Pape. Si j'apprends que vous avez autorisé vos hommes a faillir a leur devoir pour quelconque raison, vous pourriez vous estimer chanceux si vous terminez a Impel Down. ''

Ayanami se rapprocha de la porte massive de la cathédrale.

'' Bien. Commençons messieurs. ''

Les marines chargés des charges explosives les mirent en place sur la porte. Vu que des gardiens les attendaient de l'autre coté, il avait été décidé que la faire sauter était le meilleur moyen pour eux de commencer leur charge. La porte de fer vola en éclats et les marines rentrèrent en vitesse, la résistance était au rendez vous. Au moment ou la première mêlée allait commencer, les marines en tête de l'assaut s'écartèrent sur le coté brusquement. La dizaine d'hommes en face d'eux ne comprit rien de ce qui venait de se passer. Le seul indice pour ses hommes était une violente douleur au torse. Dans la seconde qui suivit du sang jaillit de leur corps comme l'eau d'une fontaine et les hommes tombèrent a terre. Leur blessures étaient tellement fines qu'elles en étaient presque invisibles, elles étaient toutefois longues et très profonde a en juger par les dégâts qu'elles avaient causés. Ayanami avança entre les deux files de soldats qui s'étaient formées, l'expression sur son visage restait identique a elle même, elle n'avait pas changé.

'' Si j'avais toujours des hommes comme vous le QG n'aurait pas a se plaindre tellement au sujet des pertes qui pouvaient être évitées. Continuez le bon travail messieurs. ''

A partir de ce moment les marines formèrent de plus petits groupes et s'éparpillèrent dans l'immense cathédrale pour trouvé et éliminer les poches de résistance. Ayanami qui était parti seul a la recherche du Pape se dirigea vers les étages supérieurs. La résistance de plus en plus intense lui disait qu'il était sur le bon chemin. Les halls et les couloirs raisonnaient avec le son des combats. La majorité des gardiens était entrain de se battre contre l'armé marine aux alentours de la porte principale, ainsi il ne restait sur son chemin que la garde personnelle du Pape qui fut éliminée aussi facilement que le groupe qui était supposé protéger la porte arrière. Ayanami arriva finalement dans une salle qui d'après son état avait été touchée par plusieurs des canons de la marine.




Seul un vieil homme se trouvait ici, il ne ressemblait en rien en un Pape et encore moins a un pape qui dirigerait une armé contre le gouvernement. Il avait enfilé une tenue de moine voyageur et se munissait d'un bâton et d'un sac rempli de ses affaires au moment ou l'officier fit irruption dans la salle. Il s'approcha de l'homme pour mieux le regarder mais celui si le pria d'arrêter.



'' Ne bougez plus malheureux! Cet endroit est le domaine de Dieu! Mais vous, vous chiens du gouvernement ne comprenez pas cela! ''

'' Monsieur le Pape je présume? Vous savez les mécanismes qui rendent une fuite rapide possible sont souvent bien utiles. Je parle de cette plate-forme derrière votre cathédrale. Seulement comme vous voyez vous même c'est une très grave erreur de les laissés si peu défendu. Enfin, vous êtes en train de faire vos valises donc je suppose que défendre cet endroit n'était pas vraiment au programme. ''

'' Les hommes et femmes qui étaient dans les couloirs que vous avez traversé, qu'en avez vous fait? ''

'' Excusez moi? Je n'ai croisé personne en venant ici... Ils ont du vous quitter comme vous vous apprêtiez a le faire aussi. ''

'' Menteur! Tu es vile et misérable! Ces gens ne sont pas comme toi! Ils seraient capables de mourir pour leur croyances! Jamais il ne quitteraient cet endroit dans qu'il y a encore des innocents a l'intérieur! ''

'' Leur croyances... Dieu? Dans ce cas leur vœu est exhaussé ils sont tous morts. Aussi il n'y a pas d'innocents ici... Vous êtes tous des ennemis du gouvernement a même titre que les pirates ou les révolutionnaires et vous subirez tous le même sort. ''

'' T'es une abomination... Violé ce lieu de prière ainsi et prendre toutes ses vies a ta guise. Ces âmes appartiennent au seigneur! Chacun de ces hommes remonte vers lui et connaît le bonheur dans ses bras! Mais vous qui n'avez aucun regret...aucune honte en commettant ces actes atroces, vous ne serrez jamais pardonnés d'avoir fait du mal a ses serviteurs! ''

'' Et donc? Doit je vraiment me répéter autant de fois? Sa n'a pas d'importance quelle armé et devant moi. Sa n'a pas d'importance dans quelle forteresse elle réside. Vous avez été déclaré ennemi du gouvernement. On m'a donné l'ordre de vous tuer. Je craint que c'est aussi simple que ca. ''

'' Le gouvernement! Vous n'avez donc pas de cerveau vous même? Tel un chien aveuglé par sa rage vous faites tout ce qu'ils vous disent et leur obéissez au doigt et a l'œil même quand il vous demandent de prendre des vies humaines et d'aller contre la loi de Dieu?! Quand est il de la justice?!''

'' Et n'êtes vous pas pareil avec Dieu? Que dis je pire encore puisque Dieu n'existe pas. Vous faites danser tous ces gens pour vous avec le prétexte de la religion. Aujourd'hui ils se sont même sacrifiés pour vous protéger. De mon point de vue on est pas si différents l'un de l'autre. La différence? Vous avez votre propre justice et j'ai la mienne. Sans vouloir vous presser... je ne suis pas ici pour une confession. ''

'' Viens donc! Le seigneur me protégera, et si il a décidé que le moment est venu pour moi de le rejoindre...qu'il en soit ainsi! ''


Ayanami dégaina son sabre et se dirigea vers le vieillard. Leur discutions l'avais légèrement énervé ce qui était plutôt rare. A ce moment une des portes de la salle s'ouvrit brusquement et un jeune homme d'à peine vingt ans chargea l'officier de la marine. Il était armé d'une planche et criait un truc qui ressemblait a ''au nom de dieu de mes camarades et de la justice''. En premier temps Ayanami ne bougea pas. Il attendit que le garçon se rapproche et lui donna un violent coup de poing dans le ventre qui l'envoya valsé au loin pour qu'il termine empalé sur une colonne brisée.

'' Je vois que mon sort est vraiment scellé. Je prie que Dieu pardonne les soldats et protège les innocents. Je ne vais pas prier pour ton âme démon.. Tu aurais pu épargner cet homme il ne représentait visiblement aucune menace pour toi. Personne a part toi même ne peut te sauver... Tu brûlera en enfer! ''

'' Si je finis pas par y régner... ''

Le commandant rangea son sabre et s'approcha d'avantage du Pape.

'' Dieu n'existe pas tu sais? Dieu n'a pas aidé les innocents qu'on a tué ici aujourd'hui. Dieu n'as pas aidé tous les gens qui sont morts aux mains des pirates et des terroristes. Que tu soit croyant ou pas, honnête ou pas, fort ou faible, rien ne change! On avait rien fait de mal... On vivait tranquillement dans notre maison et on ne voulait de mal a personne! Et pourtant ma famille a été mise dans le même sac que le reste de l'île. Dieu n'as pas sauvé ma famille, il a pas sauver ma sœur! IL A SAUVE PERSONNE! ''

Ayanami arriva au niveau du Pape et le saisit d'une main par le coup. Le vieil homme essaya de se débattre mais en vain. L'officier le traîna le long de l'escalier pour arriver jusqu'à la fenêtre qui donnait sur la mer...et la falaise. Il leva le religieux, lui montra le vide devant lui et le regarda dans les yeux. Il ne semblait pas effrayé. Cela énerva Ayanami d'avantage mais il regagna son ton calme.

'' Je te propose un pari. On saura laquelle de nos deux justices est la véritable. Que Dieu te protège. ''

'' Amen. ''

Ayanami lança le vieil homme a travers la vitre et le regarda tomber tout le long de la cathédrale et de la falaise.

'' Tu as tord monsieur le Pape... Les morts ont toujours tord... ''



Chapitre 5: Darker than black...


Il ne reste plus que des bribes de souvenirs.

Un ciel rougeâtre, une ville en ruines encore chaudes et un petit garçon au milieu de cadavres familiers. Trop choqué pour comprendre. Capable uniquement de crier de toute sa voie d'enfant de sept ans et attendre que la mort vienne le chercher. Sans savoir comment, sans savoir pourquoi, tout perdre. Pleurer faute de ne pouvoir rien faire d'autre. Pleurer jusqu'à épuisement puis fermer ses yeux pour ne plus voir ce monde atroce.

On peut considérer que l'enfant est mort ce jour la. C'est d'ailleurs ce que lui même pense. Cependant quelque chose d'autre a pris sa place. Une créature faite de haine et de tristesse. Des marines arrivèrent sur les lieux et trouvèrent comme seul survivant cet orphelin qu'ils prirent sous leur aile. Dérobé de son propre futur il allait maintenant servir dans la marine et se battre au nom du gouvernement mondial. Personne ne pouvait savoir a l'époque que ce petit bout de chou allait se transformer plus tard et devenir un des officiers les plus terrifiants de la marine. Il évolua rapidement grâce a un détermination effrayante. Préférant les méthodes extrêmes a la diplomatie il eu beaucoup de problèmes au sein de la marine qui pourtant se considérait chanceuse de l'avoir recueilli. Car même si l'enfant sauvé se révélait petit a petit a être un monstre, au moins s'était un monstre au service du gouvernement mondial. Si cet enfant était tombé dans de mauvaises main il aurait pu devenir une menace grave pour la paix dans le monde. Les gradés de la marine qui avaient repéré son potentiel et son attitude, le mirent sur un chemin un peu spécial et très sombre. Ils lui trouvèrent un rôle qui lui allait a merveille. Après tout dans la marine ils avaient besoin de toutes sortes de talents. Il y en a qui sont doués pour la collecte d'information, d'autres pour les affaires sociales et la protection du publique et beaucoup d'autres encore.

Il fut décidé qu'Ayanami allait devenir la bête noir de la marine et qu'il anéantirait les ennemis du gouvernement mondial peu importe les méthodes qu'il devrait employé pour le faire. Ainsi, contrairement aux vœux de son père, Ayanami se forgea de lui même un futur plus froid et plus obscure que n'importe quelle nuit d'hiver.



Chapitre 6: Takayami Law.


Tout ca appartenait au passé, comme les occupants de la cathédrale de Rosenburg et bientôt le bâtiment lui même ainsi que peut être le pays. Ayanami avait réussit a monter les grades et avait formé sa propre équipe. Il avait trouvé que le nombre ne faisait pas forcément la force et certaines recrues avaient attiré son regard. Chaque membre de ce groupe d'élite avait quelque chose de spécial et c'est exactement cette chose qui leur avait valu leur place parmi les Takayami Law.

Les Takayami Law, un équipage pas comme les autres qui prenait les missions que les autres ne pouvaient pas ou ne voulaient pas exécuter. Pourtant leur réputation bien que présente n'était pas exactement celle de héros. Même dans la marine qui était en principe contente de les avoirs, il y avait souvent des problèmes ce qui a valu a l'équipage des missions dans des endroits de plus en plus lointains du QG. Apparemment les gradés avaient décidé que s'était une bonne idée de munir l'équipage d'une armé de troufion inutiles et de les envoyer faire la guerre a l'autre bout du monde. S'était le meilleur moyen pour que tout le monde les oubli et sa allait les occupés pendant un sacré moment.
La guerre maintenant terminée il allaient tous retourner a Grand Line.

Ayanami appris plus tard que l'infiltration du reste des Takayami Law dans Grand line par la ligne 7 avait lamentablement échoué. Ils avaient étés repérés et de nouvelles directives étaient déjà arrivées. Au moins celle si ne les envoyaient pas de nouveau dans un coin paumé mais a une île de la ligne 7: Desperado. Le gros des troupes devait retourné au G1 pour renforcé la garde suite a l'attaque de l'Invictus, quand les soldats apprirent ca ils pleurèrent de joie (leur longues années de servitude étaient finies). Ayanami lui se contenta de les quitter aussi vite que possible pour rejoindre ses petits faucons qui l'attendaient a Desperado.

Le monde pouvait les avoir oublié au cours de ces six dernières années mais désormais ils étaient de retour et ils comptaient bien leur rappeler ce qu'est la loi des faucons des ténèbres!




Dernière édition par Ayanami le Jeu 11 Aoû - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Mar 31 Aoû - 11:55

Fiche terminée, attend jugement. ^^

Désolé pour les pattés de texte mais mes ordis pour une raison que je comprend pas refusent de mettre des espaces / paragraphes.

EDIT: Je rajouterai peut être une ou deux musiques en plus mais sa changera rien d'important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Raiden*
A - Capitaine Pirate
A - Capitaine Pirate
avatar

Masculin Messages : 378
Age : 29

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Mar 31 Aoû - 12:41

Alors, Alors, fiche très bien écrite, passages narratifs orchestrés avec Brio et à chronologie interposée comme des flashbacks, un peu comme l'explication de ce qu'on lit, belles images, musique d'ambiance bien dosé et harmonieuse. Un personnage avec un background approfondi, tu as su jouer sur les non dit pour te créer un style. Très sombre, très noir ton personnage représente bien le côté obscure de la marine, à des années lumières des officiers réguliers; C'est l'un des personnage les plus charismatique et son design est très nazi, très hitlérien.

Félicitations vous êtes validé.

_________________
~J'aime les trucs mignons ça vous pose un problème ? Vous voulez mourir ?~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Ven 12 Aoû - 17:43

Demande de fruit!

Déja je tiens a signaler que le fruit qui suit, bien qu'il ait des applications similaires a celui du magnétisme, et bien il n'est PAS celui du magnétisme.

Taiden taiden no mii.

(taiden signifit = électrification (d'un corps).
Il s'agit d'un paramécia controleur de l'électricité.

A par la manipulation classique qu'offre tout fruit de ce type, voice quelques appliquations possibles:

- peut charger un objet (surtout en métal) électriquement. Ceci lui permet entre autres, de le projetter a une vitesse environant le mach 7.

- peut se coller/marcher sur toutes surfaces (a l'exception du granite marin).

- peut utiliser l'électricité pour provoquer les memes effets que le magnétisme (surtout pour manipuler une épée faite de sable de fer, voir la vidéo).

- production d'électricité pure et dure, etc...

En fait la vidéo explique beaucoup mieux que moi. Voila, c'est ces pouvoirs la en gros. Je vous confirme qu'elle arrive a faire ca par pure manipulation électrique.


Voila, j'attend votre jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Muramasa*
AP - Capitaine pirate
AP - Capitaine pirate
avatar

Masculin Messages : 321
Age : 31

123
PV:
100000/100000  (100000/100000)
PM:
0/0  (0/0)
Bannière:

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Ven 12 Aoû - 18:21

Citation :
- peut charger un objet (surtout en métal) électriquement. Ceci lui permet entre autres, de le projetter a une vitesse environant le mach 7.

Ok

- peut se coller/marcher sur toutes surfaces (a l'exception du granite marin).[quote]

Ok

Citation :
- peut utiliser l'électricité pour provoquer les memes effets que le magnétisme (surtout pour manipuler une épée faite de sable de fer, voir la vidéo).

Ok, mais il faudra que tu touche le dit objet ou le sol pour pouvoir utiliser ce que tu dis. Faudra que tu pose ta main au sol pour pouvoir utiliser ton épée de sable un peu comme Gaara.

Citation :
- production d'électricité pure et dure, etc...

Ok mais tu sera limité en production de courant. N'oublie pas que tu te rapproche du logia de la foudre. Donc tu sera limité dans ton stockage de courant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-onepiece-brm.forums-actifs.com
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Ven 12 Aoû - 19:26

Très bien, les restrictions me vont. Je compte donc le fruit comme validé jusqu’à nouvel ordre.

Thank you for your time!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Sam 27 Aoû - 13:39

Double post! Mais bon on a pas trop le choix dans ces cas la...

Voici les techniques d'Ayanami pour la v3/v4/v5 du fofo (sais plus ou on en est)!


Techniques utilisant le fruit du démon:


Citation :
Seidenki / électricité:

Ayanami utilise principalement 3 types d’électricité. La différence entre ces 3 types est entre autres la couleur de l’électricité, sa force destructrice et le nombre de fois qu'il peut l'utiliser. Les effets de certaines techniques varient un peu celons l’électricité avec laquelle elles sont exécutés. Nous avons donc du plus faible au plus fort:

-buruu seidenki, les éclairs bleus. Ils peuvent être utilisés un grand nombre de fois. L'intensité est telle qu'ils peuvent briser la roche et autres matériaux similaires. Au niveau humain ça donne une électrocution plus ou moins forte avec une chance de paralysie.

-moubuiro seidenki, les éclairs mauves. Ils peuvent être utilisés un nombre moyen de fois (environ 10 fois par heure). Leur intensité est plus importante ce qui augmente leur force destructrice. Les éclairs deviennent également perçants et peuvent ouvrir des trous dans l'adversaire, voir lui infliger des coupures (pas trop profondes). Ça commence a sentir le cramé, les dommages et la chance de paralysie sont plus importants.

-kuroi seidenki, les éclairs noirs. Vu la quantité importante d'électricité qu'ils représentent ils ne peuvent être utilisés que peu pour l'instant ( 2-3 fois par heure). Les effets sont les mêmes qu'avant mais poussés au max. Ça met le feu direct, paralysie (momentanée comme pour celles d'avant je précise) assurée. Ça perce, ça casse, ça réduit en miettes, tout ce que vous voulez... La dose d'électricité est presque létale.


Citation :
Raigeki / Tonerre:

Tout ce qu'il y a de plus simple, un rayon d'électricité tel un tonnerre. Cette attaque a une précision et une vitesse impressionnantes. Vu que l'énergie est concentrée en un rayon, s'est plus puissant que le bombardement de l’électricité nature standard.
Pour exécuter cette technique Ayanami peut utiliser sa propre électricité ou manipuler celle qui existe autour de lui. Ceci est possible a tout moment mais l'intensité est faible a moins que le temps soit a l'orage, dans ce cas il peut arranger son coup pour que l'attaque vienne sans prévenir du ciel. Quand la technique utilise l’électricité ambiante elle ne peut atteindre que le niveau de moubuiro seidenki ( a moins qu'il ne s'agisse vraiment d'une énorme tempête).
La trajectoire de l'attaque peut être changée est contrôlée pendant le vol.

L'efficacité et les effets de la technique varient celons le type d’électricité utilisé (elle peut être executéé avec les 3).



Citation :
Raikiri / L'éclair pourfendeur:

Pour ceux qui connaissent Naruto je pense pas que ce soit la peine que je fasse un dessin.
Ayanami crée une sphère d’électricité condensée dans sa paume et attaque l'adversaire avec (a la différence de Sasuke il peut également la lancer si ça lui chante). Cette technique peut également utiliser les trois seidenki. Pour le premier niveau elle peut également être exécutée avec l’électricité de l'air ambiant mais il faut un peu de temps pour rassembler l’électricité et l'air autour d'Ayanami n'en a plus trop après l'exécution.

Au premier niveau l'adversaire touché est simplement fortement électrocuté (+ bonnes chances de paralysie a l'endroit touché et un peu moins sur le reste du corps).

Au second niveau l'attaque peut percer le corps de l'adversaire et couper sa chaire comme si il s'agissait d'une lame.

Je vous laisse imaginer ce que ça fait au troisième niveau...

Citation :
Railgun:

Comme dis dans la description du fruit, Ayanami peut projeter des objets en métal a une vitesse de mach 7. Cela marche avec des pièces, des balles et ça va jusqu'aux boulets de canons sauf que eux ont besoin de beaucoup plus d'électricité pour être projetés. Un projectile de la taille et de la résistance d'une pièce ou d'une balle peut être projeté qu'avec buruu seidenki, avec les deux autres types le projectile se désintègre a cause de plusieurs phénomènes physique. Ces projectiles font de lourds dommages a l'adversaire ( le projectile endommage sur un diamètre de 1 mètre donc évité de justesse la pièce elle même ne sert a rien). Voir la vidéo du fruit pour mieux comprendre tout ça.

Concernant les projectiles type boulets de canons. Cette technique sera utilisée très rarement en combinaison avec ce type de projectiles. Ayanami peut les lancer a mains nues c'est déjà largement suffisant. Les seules utilisation de ça que je peut voir serait lors de l'attaque d'un bâtiment ou d'un navire ou contre une masse de pfs. Je ne compte pas vraiment l'utiliser contre des pjs, ça serait remarquablement ridicule et pas fair play du tout.

Citation :
Sand Blade:

Encore une fois, voir la vidéo. En utilisant l’électricité (pour changer tiens) Ayanami magnétise des grains de fer ou autres pour en créer une épée ou un fouet. Cette technique est principalement utilisé avec le 1er seidenki mais peut l’être avec le second aussi (mais c'est couteux en électricité).
Les armes crées via cette manière ont une particularité importante. Les particules qui les constituent sont constamment en mouvement a une vitesse folle (la aussi on donne plus ou moins dans les machs). Traduction de ceci? Les armes sont plus des tronçonneuses qu'autre chose. Même si aucune force n'est appliquée, quelqu'un qui les touches se verrait coupé. Ses armes ont donc tendance a tout coupé (même les lames adverses) et ce surtout au deuxième seidenki. Au premier niveau ça passe encore si les lames ne sont pas de trop mauvaise qualité.

Citation :
Howl of the Black Beast:

Peut être utilisée avec les trois seidenki. Si elle est utilisée avec le 3eme alors Ayanami ne peut plus utilisé ce type de seidenki avant un bon moment, aussi ses réserves générales d’électricité sont fortement entamés.

Il s'agit d'une sorte d'explosion d'électricité dans la proximité d'Ayanami. En même temps plusieurs Raigeki partent de sont corps pour se diriger vers plusieurs cibles (ils peuvent également tous se diriger vers une cible unique).

Cette technique est évidemment couteuse en électricité, peu importe le type de seidenki qu'elle utilise.

Et une veille tech pour ne pas oublier nos habitudes.

Citation :
Great Wilder / Grand sauvage:

Type : ciblé

Description: Une attaque combinée d'Ayanami et de ses panthères. Encore une fois l'effet varie selon l'arme utilisée.
Quand Ayanami est armé de son fouet il l'utilise pour capturer l'ennemi (ou du moins enfreindre ses mouvements) alors que ses panthères qui ont encerclé la cible, lui saute dessus pour l'attaquer avec des morsures et coups de griffes.

Quand Ayanami utilise son épée les rôles changent. C'est les panthères qui bloquent les mouvements de l'adversaire a fin de créer une ouverture pour le sabreur. Dans tout les cas l'adversaire se retrouve encerclé par deux panthères et un monstre ce qui rend le combat beaucoup plus difficile vu qu'il doit se protéger sur trois fronts.

Effet : En cas de réussite les blessures sont graves. Attaque très dure a complètement bloquer/ éviter puisqu'il y aura quasiment toujours un angle mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Dim 28 Aoû - 15:06

Les techs sont finies! ^^

Le débat est ouvert!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Muramasa*
AP - Capitaine pirate
AP - Capitaine pirate
avatar

Masculin Messages : 321
Age : 31

123
PV:
100000/100000  (100000/100000)
PM:
0/0  (0/0)
Bannière:

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Dim 28 Aoû - 16:18

La puissance est bien proportionné au vu de ton grade.

Par contre, évite d'utiliser le mot "électrocution" à tous va. Une électrocution tue, ce qui se passe quand tu prend une châtaigne quand tu touche un appareil électrique défectueux s'appelle une "électrisation".

Wikipédia a écrit:
L'électrisation est le passage de courant électrique dans le corps humain. Lorsque cela entraîne le décès, il est alors question d'électrocution.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-onepiece-brm.forums-actifs.com
Ayanami
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin Messages : 76
Localisation : En mer.

MessageSujet: Re: Ayanami Klein    Dim 28 Aoû - 16:25

Désolé je n'étais pas au courant de la nuance. Je ferai plus attention dans le futur.

Merci pour la validation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ayanami Klein    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ayanami Klein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Rei Ayanami
» Mon livre de Victor sent le Calvin Klein ♪♫ -B.S. Aquilon
» Pourquoi me présenter, moi le non-humain..
» Parchemins
» AUGUST ✝ là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Instruments de Navigation :: Fiches Personnage :: Fiches Marines-
Sauter vers: