Bienvenue à toi, visiteur(se), si tu ne fais pas encore partie de l'aventure je t'invite alors à nous rejoindre, n'hésite pas à rassembler des informations sur ta future aventure dans notre petit guide :

« A l'aube d'une nouvelle aventure »

Tu y trouveras toutes les informations nécessaire à ta survie sur Grande Line.

Si tu fais déjà partie de l'aventure, je te suggères de reprendre là où tu en étais !

A tout de suite sur les mers de Grand line !


Inspiré de One piece, notre Forum RP t'ouvres ses portes. Pirate, marine, vendeur de ramen, qui que tu sois, oseras tu t'aventurer à travers de nouveaux territoires ?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kaori Yamaneko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yamaneko Kaori

avatar

Féminin Messages : 6

MessageSujet: Kaori Yamaneko   Jeu 15 Juil - 0:33


Yamaneko...............................

...............................Kaori




.:: Informations globales ::.



Nom Yamaneko

Prénom Kaori

Age 32

Lieux d'origine West Blue

Equipage éventuel Aucune idée

Emploi Vigie, maître en art martiaux

Grade Lieutenant

.:: Descriptions ::.



Caractère:

Kaori n'est pas du genre à se lassez marcher sur les pieds. Extravertie, provocante et franche elle fait fit des convenances et des règles de savoir vivre. Lorsque quelque chose la dérange elle le montre. Sans langue de bois elle dit ce qu'elle pense avant tout. Il lui arrive cependant parfois de se retenir devant un nombre très rare de personnes, mais alors pour le coup vraiment rare. Elle aime beaucoup manger, boire et se battre, ce qui lui donne un coté un peu garçon manqué. Lorsqu'elle est ivre, elle défie un peu n'importe qui mais gagne la plupart du temps. Souvent elle s'amuse à provoquer ses jeunes subordonné mâles et mettre à l'épreuve leurs patience. Elle s'amuse également à titiller leur envies sexuelles faisant preuve alors d'une étonnante féminité, sensualité. Il est vrai qu'elle excelle au jeu de la séduction, se servant à merveille des atouts que la nature lui a donné. Ce talent lui sert beaucoup lors de ses missions notamment d'infiltrations. Sinon il lui arrive également souvent de prendre de jeunes mousses prometteurs sous son aile pour l'aider et surtout les aider. Un caractère maternel, de grande sœur resurgit alors chez elle.

Physique:

Kaori est une jeune femme très séduisante. Son visage est encadré d'une longue chevelure violette souvent attachée en arrière en queue de cheval. Ses yeux sont vert et en amandes, son nez est plutôt petit et sa bouche forme en temps normal un léger sourire malicieux et provocateur. Il y a quelque chose dans son faciès de félin. Elle porte la plupart du temps des tenues légères qui ne gène pas ses mouvements et accessoirement mettent en valeur sa silhouette. Sa tenue habituelle constitue un vieux jean bleu délavé qui tient à l'aide d'une ceinture blanche munie d'une boucle de métal, de petites sandales beiges, un tee shirt noir plutôt petit qui ne couvre que le haut de son buste. Ses avants-bras sont protégés par de sortes de longues mitaines marron en tissu renforcé qui peut résister à la plupart des sabres et autres armes tranchantes. En effet elle n'aime pas l'uniforme de la Marine qu'elle trouve moche et inconfortable.

.:: Histoire ::.



Histoire : (30 lignes mini)

Prologue :
Il y a 26 ans sur une île de West Blue vivait les Yamaneko. Sur cette île il y avait une grande montagne sur laquelle on pouvait voir une immense forêt parsemée de petite clairière et d’un long fleuve dont la source se trouvait caché dans la montagne. Ainsi la montagne semblait verte. Le nom de l’île Miyashi vient de Midoriyama no shima, qui signifie l’ile de la montagne verte. Le nom de l’île correspond aux premières syllabes de chaque kanji de cette expression.
A l’embouchure du fleuve se trouvait le seul village de l’ile. C’était un village de pécheur au départ qui, peu à peu, avait grandit. Les Yamaneko était une famille plutôt apprécié dans le village.
Le père, Banjuu, était un pêcheur honnête et travailleur c’était une force de la nature, l’homme le plus fort du village. Il était assez grand, portait une barbe de deux jours et avait le teint mat. Il était connu pour plutôt bourru et pour ne pas savoir contrôler sa force, c’était également un gros mangeur. Il était également susceptible et soupe au lait. Il avait pour habitude de toujours mâchouiller un cure-dent.
La mère, Yukiko, était la plus belle femme du village, douce, gentille. Sa peau est aussi blanche que la neige et aussi douce qu’une pêche. Une belle chevelure brune tombait en cascades sur ses épaules. Son sourire était discret mais presque toujours présent, elle donnait une impression de sérénité absolue, comme si rien ne pouvait la mettre en colère.
Tout le monde envier Banjuu de l’avoir séduite et se demander comment deux êtres si opposer pouvait s’aimer. Yukiko s’occupait de leurs enfants à la maison.
Il en avait deux : une fille de 6 ans et un garçon de 4 ans. Le garçon se nommait Hakuba, il était aux comme trois pomme et ses yeux ne dégageait rien d’autre que de l’innocence pure. C’était un garçon plutôt peureux qui restait la plupart du temps dans les bras de sa mère on aurait dit un petit agneau complètement inoffensif. A l’inverse sa sœur aînée, Kaori, était un vrai démon. Elle avait une longue chevelure noir de jais qui lui tomber sur les épaule. Cette chevelure était parsemée de brindille et autre morceau de l’univers de Kaori. Elle avait hérité du teint mat de son père ainsi que de son caractère. Très farceuse elle adorait faire des blagues au village entier, elle n’était pas du tout féminine et semblait vouloir ressembler à son père au grand désespoir du village et c’était une chose qui faisait beaucoup rire Banjuu.
C’est dans ce cadre de vie joyeux que vivait Kaori jusqu’à ce jour maudit…

Chapitre 1 : L’attaque.
C’était une belle journée d’été, une de ses journée qu’on aimerait qu’elle dure toute la vie. Kaori jouait comme à son habitude dans la forêt avec d’autres enfants de son âge. Ils jouaient à son jeu préféré, chat perché. Elle était imbattable à ce jeu. Elle riait beaucoup, insouciante ne se doutant pas que le lendemain tout ce qu’elle avait connue ne serait plus…
Le crépuscule approchait tout les enfants était rentrés. Tous sauf Kaori elle avait pour habitude de rester un peu dans la forêt, perché sur son arbre.
Son arbre était un arbre un peu isolé sur la montagne, il était pratiquement inaccessible mais Kaori était assez agile pour l’atteindre. C’était son jardin secret elle aimait y aller au crépuscule voir le soleil se coucher écouter le bruit des vagues, c’était le seul moment de la journée ou elle était calme.
Ce jour là il faisait plutôt chaud mais une légère brise venue de la mer adoucissait la température. C’était très agréable, surtout là où se trouvait, la journée l’avait d’ailleurs beaucoup fatiguée. Logiquement elle s’assoupit bercée par le bruit des vagues et bordée par le doux alizé…

La panique, le sang, le bruit des pistolets à silex, les rires cruels des pirates, des pleurs d’enfants, la détresse d’une mère, la rage d’un père. Le vacarme des pires cotés de la nature humaine fit se réveiller Kaori en sursaut. Combien de temps elle avait dormit elle ne le savait pas. Tout ce qu’elle savait c’est qu’elle devait rentrée au plus vite. Non seulement parce qu’elle était en retard mais aussi et surtout parce que quelque chose n’allait pas, les bruits indistincts qui provenaient du village n’étaient pas normaux.
Arrivée au village elle comprit : des pirates le mettait à sac. Elle courut alors à toute vitesse vers sa maison. Elle vit des habitants enchaînés, poussés, frappés par les pirates. Elle reconnu parmi les prisonniers son ami Paul et du faire un effort considérable pour ne pas s’arrêter. Elle continua donc vers sa maison. Par chance aucun pirate ne la vit, elle courrait vite et la plupart d’entre eux étaient soit trop saoul pour la voir soit occupés, à son grand dégoût, à tabasser des villageois.
Enfin elle arriva à sa maison. Malheureusement les pirates étaient déjà là, ils entouraient sa famille, elle aussi enchaînée, et il donnait des coups de pied à son père qui les encaissait sans broncher. Elle ne put se retenir de crier cette fois :


« Papa !!! »

Elle courut avec les larmes aux yeux vers son pauvre père :


« Ne bouge pas ! »

Elle stoppa sa course net, la voix de son père était toujours aussi forte, l’un des pirates avait même sursauté.


« Papa va bien ma petite Kaori, s’il te plait va t’en… Fuis va te cacher dans la montagne ne revient pas ici tant que eux seront là.
-Si tu crois qu’on va la laisser partir. Le capitaine Kearney nous a laissé comme consigne de tous vous capturer. »

Il avança vers la pauvre petite terrifiée, paralysée. Il avait un air sadique sur le visage et se déplaçait d’une démarche traînante et menaçante. Il sortit une dague qu’il lécha de manière rituelle quand soudain…

« NE TOUCHE PAS À MA FILLE !!! »

C’était Banjuu il s’était levé et avait donné un violent coup d’épaule dans le dos du pirate à la dague :


« Murad-sama ! Tu nous payeras ça ! »

Banjuu était vert de rage il brisa ses chaînes et hurla comme une bête enragée tandis qu’il se jeter sur les trois pirates restant. Kaori était paralysée par la peur.


« Kaori va t’en ! »

C’était sa mère qui avait parlé et pour la première fois de sa vie Kaori la voyait perdant le contrôle de ses nerfs, son regard était effrayé. Voir sa mère dans cet état fit à Kaori l’effet d’un électrochoc. Elle tourna les talons et commença à courir.
Elle avait pratiquement quitter le jardin quand soudain, tel un coup de tonnerre, le tir du pistolet de Murad retenti.
Puis il lui le cri de détresse de Yukiko, les pleurs silencieux et pourtant si bruyant d’Hakuba. Mais surtout il eut le bruit de la masse de Banjuu s’effondrant à genoux sur le sol. Son père venait d’être frappé dans le dos par une balle du pirate à la dague. Celui-ci était essoufflé et un flot ininterrompu de sang coulait de sa bouche.
Encore une fois Kaori fut cloué sur place mais cette fois encore son père la voix saccadé mais toujours aussi puissante lui somma de partir.
Elle le fit laissant derrière elle ses pleurs, car elle pleurait. Ses larmes formé un tracé brillant derrière elle. Elle entendit d’autres coups de feu puis plus rien. Elle continua malgré tout à fuir. Fuir loin de tout ça, loin de ses massacres. Avec une seule envie retrouvée son arbre…


Chapitre 2 : La mort d'un homme

Kaori avait maintenant 32 ans, elle avait finalement intégré la Marine est rapidement grimper les échelons pour atteindre le grade de Lieutenant. Elle était malheureusement bloquée à ce niveau à cause de son sale caractère.
Elle était basée au G-6 une base de Grand Line sans grande importance où on s’occupait surtout de formation.
Aujourd’hui son caractère l’a conduite à tabasser un Capitaine qui lui avait apparemment manqué de respect.

« Lieutenant Yamaneko qu’est-ce qui vous est passé par la tête !
-Tiens bonjour mon cher Mario. Moi aussi je suis content de te voir. »

Le dénommé Mario était un Major qui appréciait beaucoup Kaori car elle l’avait beaucoup aidé lors d’une affaire avec des pirates.

« Arrêter de dire des idioties Lieutenant, vous connaissez la raison de ma colère.
-Pff…
-Comment avez-vous pu frapper le Capitaine Dupuis.
-Il m’a cherchée
-Qu… Comment ça il vous as chercher.
-Il m’a insulté, ça ne m’a pas plus.
-Vous ne pouvez pas frapper un supérieur pour une insulte. Et ce quelqu’elle soit…
-Il tyrannisait des Mousses, j’étais en colère, je lui ai fait comprendre que mon attitude lui déplaisait.
-Ce n’est pas sérieux ! En plus aujourd’hui… Vous avez bien choisit votre jour dis donc… Chier !
-Que se passe-t-il, demanda-t-elle soudain intéressée.
-Le Colonel Klein nous rend visite apparemment il veut faire un recrutement.
-C’est pour ça que vous êtes si en colère. Vous avez peur pour votre avancement, s’exclama Kaori la voix emplie de reproche et de déception.
-Pas du tout ! C’est pour vous que je suis inquiet, qui sait qu’elle serait sa réaction si cet incident lui parvenait aux oreilles.
-Vous le connaissez ?
-Non mais on m'en a parler et... »

On avait frappé à la porte. Le Major intrigué pria l’invité surprise d’entrer. Lorsque celui-ci fit son entrée le Major eu le souffle coupé et salua précipitamment le Colonel Klein qui venait de faire son entrer, imposant le respect par sa simple présence.

« Co-colonel ! Nous ne vous attendions pas si tôt. Je suis le Major Baggio responsable de cette base et voici le...
-Lieutenant Kaori Yamaneko. Oyo Colonel enchantée de vous rencontrer.»

Et après un salut maladroit Kaori tendit la main à Klein, pour qu’il la sert, sous les yeux horrifiés du major. Le Colonel la fixa de ses yeux glacés mais cela n'eut pas d'effet sur Kaori qui ne détourna pas le regard, elle abaissa sa main, un peu vexée et dit :

"En voila des yeux glacés. Ce pas la politesse qui vous étouffe Colonel !"

Le Colonel Klein haussa un sourcil puis il se tourna vers Mario jugeant peut être qu'il n'avait pas à répondre à quelqu'un de moins gradé que lui.

« Oui je suis un peu en avance mais je n’ai pas beaucoup de temps devant moi et j’aimerais rapidement examiner votre base.
-Mais certainement le plus tôt sera le mieux »

Et le Major sortit en compagnie du Colonel

Plus tard Ayanami Klein devait évaluer si il jugeait les Marines qui se présenterais devant lui apte à le rejoindre.
Au fur et à mesure des évaluations Klein s’enuyait de plus en plus. Arriva un gradé très imbu de lui-même, il portait un bandage sur le nez. Un Lieutenant ou peut être un Capitaine, des le premier regard Klein su qu’il ne valait pas mieux que les autres.
Il bailla sans retenu devant lui et tandis que le Capitaine Dupuis terminait il demanda au Major Mario qui l’accompagner si le Lieutenant Yamaneko se présentait. Celui-ci ne le sachant pas demanda à un autre Lieutenant qui la connaissait et se touvait sur les lieux, le Lieutenant Eitarô Imanishi, un homme fier, brave et débrouillard :

« Elle est… occupée mais elle aurait adoré venir.
-Dites la vérité s’il vous plait, lui demanda Ayanami sans hausser le ton mais quelque chose dans voix glaça le sang du Lieutenant.
-Hum… Bon vous devez savoir que le Lieutenant Yamaneko est quelqu’un de spécial. Elle m’a déclaré ne pas vouloir, et ce sont ses mots, « se présenter à ce défilé d’ahuris pour le bien de sa réputation » et elle a ajouté « qu’elle serait étonné si vous en trouviez un qui tiens la route ».

Pour la première fois on put voir un vague sourire faire un passage sur le visage du Colonel :

"Major pourriez vous dire à votre insubordonné Lieutenant que j'aimerais bien la voir rejoindre mon équipage je la trouve finalement intéressante.
-Bien sûr, elle a toujours voulu quitter la base pour des missions extérieure.
-Néanmoins, et il avait insisté sur ce mot, elle devra respecté mon autorité et ne jamais désobéir à mes ordres, je dis bien jamais !
-Je-je lui dirais...
-Bien, sur ce je vais vous quitter j'ai à faire, adieu."




Quelque mois plus tard le Major fut victime d’une maladie du cœur. Allongé dans un lit, il était plus que faible. Il avait était pris en charge par les médecins de la base qui lui ont assurés que dans tout les cas il ne pourrait jamais reprendre la vie de Marine. Le Major voulait que son titre revienne à Yamaneko, enfin faire monter Kaori jusqu’au grade de Major mais celle-ci refusa :

« Je vous jure que Eitarô fera un bien meilleur Major que moi…
-C’est vrai que c’est aussi un excellent soldat. Alors ça veut dire que vous allez accepter la mission du Colonel ?
-Peut être. Mais déjà il me faut une autorisation pour le rejoindre et quitter mon affectation.
-Très bien, il toussa bruyamment, Lieutenant Yamaneko, je vous donne l’ordre d’apporter cette lettre au Colonel Klein et de se mettre à son entière disposition. Ah oui j’oubliais, faites attention à cet homme il est dangereux donc s'il vous plait ne le défiez pas. Ceci est le dernier ordre que vous recevrez de votre ami et supérieur, le Major Di Baggio, il eut un sourire bienveillant puis toussa tellement fort qu’il en cracha du sang.
-Ne forcez pas trop Major, supplia Kaori les larmes aux yeux.
-Voyons Lieutenant, cette attitude ne vous ressemble pas. Allez me chercher Imanishi, s’il vous plait.
-Très bien, elle essuya ses larmes et le salua rapidement. »

Une fois Kaori sorti, Mario s’adressa à un médecin rester dans l’ombre :

« Dr Morris, soyez franc.
-Je le suis toujours.
-Ai-je une chance de survie ?
-Non. Vous mourrez dans la semaine.
-Que la vie est cruelle. Enfin la mort fait partie de la vie c’est ainsi que marche ce monde…
-J’aimerais vous demander. Après votre mort j’aimerais effectuer quelques examens sur votre dépouille. Êtes vous d’ac…
-Si ça peut aider à sauver d’autres atteint de cette maladie, je suis d’accord.
-Ne vous faites pas d’illusions vous ne servirez sûrement à rien. Mais il y a une petite chance pour qu’en effet vous sauviez des vies.
-Qu’il en soit ainsi… »

On frappa alors à la porte.

« Entrez ! »

Il s’agissait du Lieutenant Imanishi et du Lieutenant Yamaneko. Celle-ci resta dehors le temps que Mario explique la situation à Imanishi.

« C’est trop d’honneur. Je, je ne peu…
-C’est votre devoir d’accepter. Prenez ça comme un ordre Major Imanishi.
-A vos ordres Monsieur. Et merci Monsieur.
-Kaori ! Entre je te prie. J’ai à vous parler tout les deux. »

Sa voix, son intonation, le fait qu’il l’ai appelée par son prénom. Tous ces signes Kaori avait compris leur signification mais elle refusait de s’y résoudre.
Le docteur Morris pudique et pour les relations humaines n’était pas un point fort se retira dans la pièce d’à coté. Il put tout de même entendre le cri de douleur de la jeune femme, la stupeur de l’homme, la voix du condamné qui se voulait rassurante et il ressentait le désespoir filtrer entre les murs et s’insinuer au plus profond de son âme.
Il était en colère contre lui-même. En colère de n’avoir pu empêcher ça…. Et surtout de ne pas comprendre pourquoi ça arrivait.


Une semaine plus tard le Major Di Baggio eut droit à de belles funérailles dans sa base qu’il chérissait. Toute la base était venue aux obsèques à part le Capitaine Dupuis. Il y avait même des Marines extérieur à la base qui avait connu Di Baggio. Il y avait le fraîchement nommé Major Imanishi qui fit un discours. Mais il manquait une personne : le Lieutenant Kaori Yamaneko, elle a déclaré devoir se préparer pour sa prochaine mission. En réalité, mais ça seul Imanishi le savait, elle ne pensait pas avoir la force d'y aller.
Elle partit au première lueur de l'aube. Une bouteille de sake à la main elle se dirigea vers le cimetière. Elle se receuilla devant la tombe quelque temps. Puis elle versa entièrement le contenu de la bouteille sur la tombe elle avait les larmes aux yeux.
En reculant elle vit une phrase gravée dans la pierre. Une phrase de Di Baggio lui même. Lorsqu'elle là vit Kaori fut secoué par des petits sanglots mais elle se repris rapidement, elle se redressa et effectua devant la tombe le premier vrai salut militaire de sa vie. Les larmes continuaient de couler en silence. Puis elle partit effectuer la dernière mission confié par son Major.

Sur la tombe il y avait inscrit ces simples mots : "Le rêve se réalisera tant que la volonté des rêveurs ne s'estompera pas."


Dernière édition par Yamaneko Kaori le Mar 31 Aoû - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Raiden*
A - Capitaine Pirate
A - Capitaine Pirate
avatar

Masculin Messages : 378
Age : 29

MessageSujet: Re: Kaori Yamaneko   Jeu 15 Juil - 13:19

fiche validée, nickel comme d'hab
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kaori Yamaneko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nouvelle Kaori.
» Yamaneko , Mentali...
» Kaori Hasegawa, péripapétitiene
» Accroc sur la crique... [PV Hana Kaori]
» Tequila,Vodka & gueule de bois [Pv Kaori]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciennes Histoires :: BRM II - Invictus :: Archives :: Instruments de Navigation :: Informations Personnages :: Fiches Personnages-
Sauter vers: